« Les Barbapapa » – Hup hup Barbatruc !

Jusqu’à présent dans mes articles, j’ai parlé surtout de dessins animés récents. D’une part parce que c’est ce qui passe à la télé et c’est ce que mes enfants regardent et d’autre part il m’a toujours semblé plus intéressant de vous présenter les productions actuelles que de revenir sur les séries que la plupart des parents connaissent déjà parce qu’elles ont bercé leur enfance.

Je vais toutefois déroger à cette règle pour vous parler de la nouvelle passion de ma fille : les Barbapapa, régulièrement rediffusé et dont on a beaucoup parlé ces derniers jours, suite à la mort de l’un de ses deux créateurs Talus Taylor, le 19 février 2015, à l’âge de 82 ans.

barbapapa

Les origines

Les Barbapapa sont à la base une série de livres créées en 1970 par un couple franco-américain Talus Taylor et Annette Tison, respectivement professeur de sciences et alors étudiante en architecture.

La légende veut que l’idée des personnages soit née sur le coin d’une nappe de restaurant après une promenade au Jardin du Luxembourg, où Talus Taylor, qui ne parlait pas encore français, a entendu un enfant réclamer « baa baa baa baa » à ses parents (ou un truc du genre).

Sa compagne Annette Tison lui expliqua alors que l’enfant demandait en fait de la barbe à papa. D’où ce grand personnage que nous connaissons tous, avec cette couleur rose comme cette friandise que les enfants sont incapables de manger sans en mettre partout notamment dans les cheveux (expérience vécue, comme vous vous en doutez).

Annette Tison et Talus Taylor en 2005

Annette Tison et Talus Taylor en 2005

Ce gros personnage rose en forme de poire, qui peut prendre toutes les formes qu’il veut, rencontrera la femme de sa vie, Barbamama et de cette union naîtront sept Barbabébés aux caractères bien distinctifs et pleins d’aventures qui mettent l’accent sur les valeurs positives comme la famille, le partage ou l’écologie.

Très vite, un nombre incalculable de livres vont sortir dans diverses collections. En français, ils sont tout d’abord publiés à l’École des Loisirs avant de passer aux Éditions du Dragon d’Or.

barbapapa_livre

Et grâce à Mamie, nous avons désormais à la maison quelques petits ouvrages qui font le bonheur de ma petite princesse qui est incollable sur le nom des Barbabébés.

Les Barbapapa ont été traduits dans une trentaine de langues, mais on les connait surtout grâce aux divers dessins animés qui ont été adaptés des livres.

Des livres aux dessins animés

Il y a jusqu’à présent 3 séries en dessins animés des aventures de Barbapapa.

Les deux premières séries (qui datent de 1974 et 1977) sont des coproductions anglo-japonaises réalisées par le studio Top Craft, un célèbre studio japonais d’animation qui sera à l’origine du dessin animé Sherlock Holmes, des films le Dernier Dragon mais surtout de Nausicaä de la Vallée du Vent réalisé par un certain Hayao Miyazaki. Les épisodes ont pour durée environ 5 minutes et on compte pour cette série 93 épisodes (45 pour la première saison et 48 pour la seconde).

L’animation était assez sommaire et on se souvient tout de l’interprétation de l’acteur Ricet Barrier, qui faisait à la fois le narrateur, toutes les voix des personnages mais surtout qui chantait le célèbre générique.

Ce dessin animé des années 70 est passé pour la première fois sur la 1ère chaîne de l’ORTF,  le 2 octobre 1974, dans une tranche jeunesse présentée alors par la toute jeune Dorothée. Puis il a été rediffusé en 1975 dans les Visiteurs du Mercredi avant d’être rediffusé régulièrement sur diverses chaînes. Sa dernière rediffusion était sur TF1 dans TFou.

La 3ème série, Les Barbapapa autour du monde, date quant à elle de 1999 et est produite par le célèbre studio Pierrot (à qui on doit notamment Creamy merveilleuse Creamy mais surtout Naruto). Il y a eu pour ce dessin animé 50 épisodes de 5 minutes qui ont été diffusés pour la première fois en 2001 sur Télétoon. Je n’ai malheureusement que peu de souvenirs de cette série, bien qu’elle soit également passée dans TFou.

Histoire

Tout commence dans le jardin de Claudine et François où naît un être étrange et singulier, tout rose et en forme de poire. Il s’agit de Barbapapa qui peut prendre l’apparence et les formes qu’il veut. Après avoir cherché autour du monde d’autres Barbapapas, il revient chez les deux enfants et rencontre Barbamama dont il tombe amoureux.

De cette union, vont naître sept Barbabébés : Barbabelle la coquette, Barbalala la musicienne, Barbibulle le nerd, Barbidou l’ami des animaux, Barbidur le sportif, Barbotine la littéraire et Barbouille l’artiste.

Toute cette joyeuse famille va vivre de nombreuses aventures, aidant les gens qu’elle va rencontrer grâce à beaucoup d’ingéniosité mais surtout grâce au pouvoir de se transformer en n’importe quel objet ou animal.

Dans la série de 1999, les Barbapapa partent faire un tour du monde où ils vont découvrir les différents animaux et les habitants des pays qu’ils traversent.

DVD

Un petit mot sur les DVD. Sans surprise, surtout pour un dessin animé aussi vieux, il y a eu pas mal d’éditions DVD (dont une intégrale sortie en 2008). Récemment TF1 Vidéo a ressorti une série de DVD thématiques intitulée « J’apprends et je joue » dont 4 volumes de 9 épisodes sont sortis à l’heure actuelle : « Vacances en famille », « Frères et sœurs », « Amis de la nature », « Une journée avec bébé », vendus dans le commerce pour un peu moins de 10€.

wpid-wp-1425581501082.jpeg

J’ai pu tester les deux derniers, grâce au service presse de TF1. Si on peut regretter que la piètre qualité de l’image est loin de faire honneur aux écrans HD modernes (probablement à cause des masters de mauvaise qualité), le principe des DVD thématiques est plutôt sympa. Tout comme l’option qui permet de choisir de jouer les épisodes 3 par 3, pour limiter le temps passé devant les écrans.

Mais surtout, si je déplore qu’il n’y ait que 9 épisodes par galette (ce qui revient à 45 minutes pour 10€), j’ai été en revanche très agréablement surpris par l’absence de publicité ou de bandes-annonces, comme c’était le cas sur le coffret de Shaun le Mouton, avec des pubs inzappables au lancement du disque. Merci !

J’ignore combien de DVD vont sortir, mais on peut visionner chaque disque individuellement et le choix thématique des épisodes n’incite pas forcément à la collectionnite.

Personnages

  • Barbapapa

Barbapapa00

Gentil géant rose, né dans le jardin de Claudine et François, Barbapapa est toujours prêt à aider les gens. Comme le reste de sa famille, au son de « Hup hup, Barbatruc ! », il peut se transformer à volonté (« court, long, carré ; mince, gros ou rond » d’après le générique).

  • Barbamama

Barbamama

Reconnaissable avec ses fleurs sur la tête, Barbamama est surtout l’un des tout premiers personnages noirs dans un programme de jeunesse, ce qui fait des parents Barbapapa l’un des premiers couples mixtes de l’histoire de la télévision.

Pourtant, malgré cette modernité, Barbamama s’occupe surtout des enfants et de la maison, en bonne épouse et femme au foyer. Et elle est rarement mise en avant même si elle ne manque pas de ressource.

  • Barbabelle

Barbabelle

Barbabelle est la girly girl : coquette et passant son temps devant son miroir à se pomponner. Elle est reconnaissable à sa couleur violette, aux fleurs sur la tête comme Barbamama et son collier en perles.

  • Barbidur

Barbidur

Barbidur est le sportif de la bande, celui qui soulève des haltères, court le 100 mètres, fait des pompes, du ski, de l’aviron, du basket, du tennis. Bref, c’est le petit mec, une sorte de Schtroumpf Costaud de l’extrême. Mais tout en rouge.

  • Barbotine

Barbotine

Barbotine, le Barbabébé orange avec ses lunettes, et constamment pendue à un livre, est l’une des deux intellos parmi les Barbabébés. Mais c’est la littéraire de la bande, puisque c’est une fille (j’y reviens).

  • Barbibulle

Barbibul

Pendant masculin de Barbotine, Barbibulle tout bleu est le matheux de la famille, le scientifique qui adore mélanger des produits dangereux avec son kit du petit chimiste.

  • Barbalala

Barbalala

Barbalala, le Barbabébé vert, est la musicienne qui sait jouer de tous les instruments, à vent (comme la flûte qui l’accompagne tout le temps) ou à cordes.

  • Barbouille

Barbouille

Barbouille est un Barbapapa noir mais à fourrure ! C’est l’autre artiste de la famille qui aime dessiner, peindre et sculpter.

  • Barbidou

Barbidou

Barbidou est à peu près le seul à échapper aux stéréotypes. Ce Barbapapa jaune est l’ami des animaux.

Avis

Si les dessins et l’animation des premières séries sont un peu datés, les Barbapapa restent une série intéressante par bien des aspects.

Tout d’abord, de mon point de vue, je trouve que c’est le travail de Ricet Barrier qui fait tout le sel de la série. Même si techniquement, c’est souvent à contre-temps dans la synchronisation des lèvres et un peu ridicule, on avait l‘impression d’être avec un conteur qui fait les voix de tous les personnages, un peu comme les histoires du soir qu’on lit à ses enfants avant de les border. Je trouve cela charmant et touchant.

Ensuite, les histoires des Barbapapa insistent beaucoup sur l’écologie : ainsi je ne compte plus le nombre d’épisodes où ils sauvent des animaux, luttent contre les braconniers ou empêchent de méchants promoteurs immobiliers de détruire la forêt ou le parc. Sur ce point, c’est une série qui est assez novatrice. Sans parler du fait que Barbamama est… noire ! Une première pour les années 70 encore très frileuses.

Pourtant, il est dommage de constater que si les personnages sont graphiquement plutôt réussis et ont des caractères typés et reconnaissables, il faut malheureusement reconnaître qu’ils sont un brin caricaturaux voire misogynes. Ainsi on a  d’un côté les filles passives et les garçons dans l’action de l’autre : Barbamama est la bonne femme au foyer qui s’occupe de la maison et des enfants, Barbabelle est une fille qui ne pense qu’à se regarder dans la glace et s’évanouit à la vue d’un insecte, Barbotine est une intello snobinarde.

Certes il y a des épisodes où la situation est inversée, où les filles prennent le dessus sur les garçons, mais j’ai l’impression que c’est davantage un ressort comique qu’un véritable féminisme avant l’heure. Car avant de s’indigner, il est bon de rappeler les Barbapapa ont plus de 40 ans, à une époque où où Valéry Giscard d’Estaing venait d’être élu président de la République, où l’ORTF existait, où des commissions de censure validaient les programmes jeunesse. Autres temps, autres mœurs mais qui aujourd’hui gênent un peu.

Pourtant, ce dessin animé n’a rien perdu de son charme un peu désuet et fonctionne encore pas mal sur mes enfants (surtout ma fille). Étant donné les caractères bien définis des personnages, chacun peut se reconnaître parmi ces personnages, tout en rondeur, qui en plus ont le pouvoir extraordinaire de se transformer en ce qu’ils veulent.

Advertisements

2 réflexions au sujet de « « Les Barbapapa » – Hup hup Barbatruc ! »

  1. Ping : Revue de web n°24 | Maman à Paris

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s