[Pas que des parents] Les escape games

Pour me forcer à publier de nouveaux articles sur ce blog, j’avais envie de l’enrichir avec de nouveaux sujets comme des idées de sorties quand on réussit à se débarrasser de ses gamins ! Pour commencer cette nouvelle rubrique, je vais reprendre un article que j’avais publié il y a deux ans sur mon autre blog où personne ne va.

Qu’importe, j’avais envie de vous parler de la nouvelle passion de ma femme et moi : les escape games, qui commencent à pousser comme des champignons un peu partout à Paris, mais aussi en province.

Les origines

A la base, il y a eu les petits jeux en Flash auxquels on pouvait jouer sur le navigateur web où on devait s’échapper d’une pièce en résolvant des énigmes. Ce sont des point & click, un genre très particulier dans le jeu vidéo où on doit chercher des objets ou des indices qu’on combine pour résoudre des puzzles, trouver des codes ou des clés afin de sortir d’un environnement clos. Bref, la règle est simple s’échapper en servant de ses méninges.

Crimson Room devait être l'un des tout premiers jeux du genre. C'est en tout cas l'un de mes premiers escape rooms.

Crimson Room devait être l’un des tout premiers jeux du genre. C’est en tout cas l’un de mes premiers escape rooms.

En cherchant sur votre moteur de recherches préférés, vous découvrirez tout un tas de jeux du même genre, plus ou moins faciles et plus ou moins intéressants. Et même si j’adore partager mes découvertes pour tuer votre productivité avec des liens débiles et des jeux Flash idiots, ce n’est pas le propos de mon article.

Le principe

En effet, depuis quelques années, certains ont eu l’idée génial d’adapter en vrai ce principe de jeux d’évasion (pour parler un québécois parfait). Les premières salles ont ouvert en Asie puis en Europe de l’Est avant d’arriver à Paris après des passages dans les capitales européennes.

Même si chaque « pièce » est différente par ses décors, ses ambiances ou son scénario, les règles sont grosso modo les mêmes : les joueurs (de 2 à 5) doivent réussir à sortir d’une salle en moins de 60 minutes.

Il y a en gros deux aspects dans cet espèce de Fort Boyard géant : une phase de recherche où on fouille le moindre recoin de la pièce, à la quête d’indices, de clés ou de trappes secrètes et une phase de réflexion où on résout des puzzles, décrypte des codes qui permettront d’avancer.

Pour réussir, quelle que soit la salle, les joueurs doivent faire preuve d’observation et d’esprit d’équipe. Bien communiquer est indispensable, de même qu’il ne faut pas hésiter à repasser derrière ses camarades pour voir s’ils n’ont rien raté. Ayant des schémas de pensée différents, il est important de confronter ses idées et points de vue pour trouver la clé des énigmes.

Toutefois, si les joueurs ont des difficultés, le maître de jeu (qui les surveille grâce aux micros et aux caméras placés sur l’aire de jeu) peut les aider en fournissant des indices ou en répondant aux questions des joueurs.

Bien entendu, les 60 minutes passent très vite à farfouiller partout, à courir d’une serrure à un cadenas, d’un code à un casse-tête.

Les différentes salles

Ma femme et moi avons testé pas mal d’escape games différents dont je peux vous parler et vous livrer mes impressions :

hinthunt-logoHint Hunt possède 2 types de salles différentes : le bureau du détective James Murdock (qui était la toute première que nous avons faite) et la Zen Room (avec une très belle ambiance japonisante).

Extrêmement bien ficelée, avec une belle difficulté bien dosée, le Bureau de James Murdock est à mon avis idéal pour débuter. Les décors sont plutôt jolis, bien que classiques et simples. Mais les éléments de jeu sont bien trouvés. Le maître de jeu est efficace, nous distillant des indices au moment propice, nous avons passé un excellent moment.

La Zen Room fait la part belle à davantage de réflexion et ceux qui ont fait un peu de japonais seront évidemment avantagés.

Hint Hunt se situe rue de Beaubourg dans le 3e arrondissement de Paris.

mysteryescapeMystery Escape est plus cérébral et davantage basé sur l’observation et la réflexion (les énigmes étant bien fichus) que sur la fouille hystérique comme c’était le cas dans Hint Hunt. Les décors sont classiques mais réservent de belles surprises.

Le système d’indice est très bien fait avec une jauge de progression pour voir où on en est.

mysteryescape1

Mystery Escape se trouve au 50 rue Monceau dans le 8e.

prizoners-logoSitué 15 rue Quincampoix (75003) à 2 pas du centre Georges Pompidou, Prizoners se distingue de la concurrence par son scénario et ses décors de cinéma.

En effet, il dispose de 3 (et bientôt 4) salles différentes, toutes liées par une histoire de conspiration et de société secrète qui incite les joueurs à revenir pour connaître le fin mot de l’intrigue.

Mais ce qui est le plus impressionnant avec Prizoners, ce sont ses décors et ses accessoires : on se retrouve ainsi dans une geôle de la Bastille en 1635, dans le bureau d’un professeur de la Sorbonne en 1935 ou encore au 22ème siècle. Nous avons fait les 2 premiers et avons hâte de revenir affronter le futur.

prizoners1

Toutefois, il faut signaler le grand défaut de Prizoners : les objectifs qui servent l’histoire sont assez flous et le manque d’intensité sur la fin. Nous avons réussi l’épreuve de la Bastille sans nous en rendre compte. Presque par accident. A noter que nous sommes sortis avec des temps record. Soit nous étions vraiment bons, soit la difficulté était mal dosée.

A noter, le système d’aide est original. On pose des questions au MJ qui répond principalement par oui ou par non.

Pourtant malgré cela, même si je semble un peu vache, ce sont de très belles salles à tenter, notamment pour l’histoire qui rappelle un peu Assassin’s Creed et leurs décors qui sont les meilleurs qu’on a pu voir. Ce sont des pièces qui valent largement le détour et c’est avec Prizoners qu’on a eu la meilleure impression d’immersion.

thegame-logo1The Game est l’un des tout derniers arrivés à Paris et l’un des derniers que nous avons testés. Il dispose de 6 salles aux ambiances très différentes dont une salle assez classique d’un appartement parisien des années 1950. Mais plus original, il y a une salle qui donne sur les Catacombes, une salle des coffres et une autre avec un Casino que les joueurs doivent braquer, une rame de métro abandonnée, un appartement parisien des années 50 et une autre sur le thème des jeux vidéo Assassin’s Creed.

thegame2

L’ambiance (amorcée par les e-mails et les SMS que le Maître de jeu nous a envoyés avant le jeu) est excellente et les décors sont vraiment sympas. Si les énigmes n’ont pas posé beaucoup de difficulté, le stress était permanent et la partie était assez frénétique. Pour tout vous avouer, j’y ai retrouvé l’excitation du tout premier escape game que j’ai fait.

thegame1

L’expérience se poursuit après, lors d’un debriefing vraiment cool, pendant lequel le maître de jeu nous explique un peu la conception du jeu et nous donne quelques anecdotes.

C’est l’une de mes préférées et j’ai très envie de revenir pour faire la salle des Catacombes.

The Game se trouve rue du Cardinal Lemoine dans le 5e juste à la sortie du métro.

Il y en a bien d’autres que nous avons testés (dont deux sur le thème d’Alice au Pays des Merveilles, un sur le thème de Harry Potter etc…), il y a largement de quoi vous combler pour peu que vous cherchiez un peu ! Mais commencer par ceux que j’ai cités est une bonne initiation !

Conclusion

Étant des amateurs de jeux de société et de jeux de plateau, ce type de jeu nous a tout de suite attirés, ma femme et moi. Et comme vous avez dû vous en doutez, nous en sommes devenus accros. Jusqu’à présent, nous sommes parvenus à sortir de toutes les épreuves avec des temps assez honorables. Pourvu que ça dure !

Certes, ce n’est pas un loisir bon marché, il faut compter environ 20-25 euros par personne) mais comparé à un spectacle ou un concert, c’est finalement kif-kif.

L’un des grands défauts de ce type de jeu, c’est l’impossibilité de parler de ses expériences sans spoiler allégrement mais surtout la rejouabilité proche du néant. Et si vous voulez en tenter avec vos enfants, je dirais qu’à partir de 10 ans, c’est largement possible !

Mais la multiplication des salles à Paris (il y a actuellement une vingtaine de franchises à Paris) et en province devrait nous occuper un petit moment.


(*) Au fait, qui est capable de me dire d’où vient cette formule ?

Publicités

Une réflexion au sujet de « [Pas que des parents] Les escape games »

  1. Ping : « La chambre des deux infinis  – Un escape game à la Cité des Sciences | «Tu auras les yeux carrés

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s