« Oum le dauphin blanc »

On a beau râler, mais force est de constater que la mode des remakes et des reboots n’est pas prête de s’arrêter : on prend une oeuvre existante, on la dépoussière un peu et on en fait un nouveau film ou une nouvelle série, avec plus ou moins de succès. Les dessins animés n’échappent évidemment  pas à cette tendance. Si certains auraient dû rester oubliés (Alvinnn!!! notamment), d’autres s’avèrent de bonnes surprises et sont plutôt sympathiques (comme Scooby-Doo Mystères Associés ou My Little Pony par exemples).

Mais surtout les remakes ont un énorme avantage : les parents connaissent déjà plus ou moins les personnages et l’univers. Maya l’Abeille, Babar ou le Manège enchanté, par exemples, ont bercé l’enfance de ceux de ma génération et ont eu droit à des remakes récents. Les parents qui ont des souvenirs de ces dessins animés peuvent alors partager quelque chose avec leurs enfants.

TFou propose depuis la rentrée un dessin animé qui s’inscrit dans cette tendance avec une toute nouvelle version du mythique Oum le Dauphin blanc, dont j’ai pu voir 4 épisodes grâce au service presse de TF1 et 4 autres grâce au replay.

zoomdolphincanot1

Un dessin animé mythique ?

S’agissant d’un remake, j’aimerais avant de commencer dire quelques mots sur le vieux dessin animé dont c’est tiré.

Oum le dauphin blanc était une série d’animation franco-japonaise, créée par Vladimir Tarta (pour le scénario) et Marc Bonnet (pour les dessins) et réalisée par Tsuneo Komuro (plus connu chez nous pour être le directeur d’animation de Lucille, amour & rock’n roll) et René Borg, le grand monsieur de l’animation française des années 1970 et 1980, à qui on doit Wattoo-Wattoo ou encore Clémentine. René Borg était également directeur artistique des séries Il était une fois l’Homme et Il était une fois l’Espace ou encore d’Ulysse 31 et réalisateur des Shadoks.

ORTF OUM LE DAUPHIN YANN MARINA GALAK ANNEES 70 (2)

Cette série racontait les aventures de Oum un dauphin blanc, d’un jeune garçon nommé Yann et de sa soeur Marina, qui affrontaient des pirates et de méchants braconniers.

Paradoxalement, si des gens pensent se souvenir de ce dessin animé, ils seraient bien incapables d’en raconter un épisode. Car si Oum le Dauphin blanc a marqué les mémoires, c’est bien entendu et surtout à travers les publicités cultes pour une marque de chocolat blanc (Galak de Nestlé pour ne pas la citer), dont Oum était la mascotte jusqu’en 2003 !

1975

Tout le monde se souvient en effet de ces spots de pubs où Yann et Marina se servent de la blancheur des tablettes Galak pour pour repousser de méchants pirates, nos héros se servent d’une tablette de chocolat pour transformer les rayons du soleil en RAYON DE LA MORT (réussissant là où les MythBusters ont échoué) ou encore aveugler de méchants requins.

C’est l’un des rares exemples où les produits dérivés ont totalement phagocyté l’œuvre originale. Mais surtout cela signifie qu’ayant laissé au final peu de souvenirs, c’est un dessin animé propice à d’éventuels remakes sans crainte de comparaison !

Oum le Dauphin Blanc version 2015

La nouvelle série de Oum le Dauphin blanc (ou Zoom the White Dolphin, son titre international) est un dessin animé français produit par Media Valley et Marzipan Films, respectivement les sociétés de production de Natalie Altmann, ancienne directrice des programmes jeunesse de M6 et de Stéphane Bernasconi, à qui on doit le génial dessin animé des Aventures de Tintin dont il est réalisateur et ainsi que la Famille Pirate. On note évidemment la participation de TF1, de Gaumont Animation et de la ZDF, toujours friande de séries d’animation française.

OUMLEDAUPHINBLANC

Stéphane Bernasconi est également le réalisateur d’Oum dont le scénario est signé Hervé Nadler (également un ancien de M6 Kids). Quant à la bible graphique, elle est confiée à Christophe Lourdelet, alias Zébé, illustrateur et auteur de BD. Ce dernier s’inspire fortement des personnages originaux de Marc Bonnet, que l’on reconnait parfaitement.

Ce dessin animé compte 52 épisodes de 13 minutes, un format qui permet à TFou de passer les épisodes 2 par 2. La 1ère diffusion a d’ailleurs eu lieu le 30 août 2015 à 8h45.

La technique utilisée pour cette série est la 3D avec un rendu en 2D cell-shading (de la 3D avec des gros contours comme s’il s’agissait d’un dessin traditionnel), à la manière de certains jeux vidéo. Cette technique permet des plans quasiment impossibles en animation traditionnelle : le générique est un bel exemple avec de longs plans ou des scènes sous-marines somptueuses.

oumledauphinblanc-5

Lumineux et chaleureux, ce dessin animé est beau à tomber à par terre ! Les décors sont splendides. Il faut avouer que le cadre paradisiaque de la Polynésie où se déroule l’action y est pour beaucoup.

La partie sonore est également réussie avec une bande son composée par Matthieu Gonet (dont beaucoup se souviennent pour avoir été le coach musical dans les premières saisons de Star Academy) et interprétée par un orchestre symphonique assez atypique : les instruments qu’on entend le plus sont le ukulélé, la guitare ou le marimba. On a pour le coup une ambiance tropicale, pas forcément très fidèle à la musique traditionnelle polynésienne mais loin d’être désagréable et dépaysante.

Comme pour le Ranch ou Lassie, un grand soin a été apporté au générique chanté par Louis Delort, finaliste de la toute première session de the Voice. Un générique plutôt sympa et assez entêtant par ailleurs.

Le doublage est également très travaillé avec un joli casting. Dans le rôle de Yann, on retrouve Benjamin Bollen, la voix française du Tintin de Spielberg et le doubleur de Jean dans les Grandes grandes vacances ou encore dans le rôle de Marina, on a Emmylou Homs, la voix d’Heidi mais surtout connue pour être la voix française d’Anna dans la Reine des Neiges, qu’on ne présente plus.

Bref, en ce qui concerne la réalisation et la production, tout est carré, propre et plutôt réussi.

Histoire

On suit les aventures de Yann, un jeune garçon d’environ 15 ans et de sa petite soeur Marina (qui doit avoir 7 ans) ainsi que d’un dauphin blanc particulièrement intelligent du nom de Oum, dans le cadre paradisiaque de l’île de Maotou, située dans un atoll polynésien.

Les enfants sont confiés au bon soin de leur oncle Patrick, un océanologue au look de baroudeur. Ajoutons à cela des personnages secondaires comme Timéti, une jeune et jolie vahiné au caractère bien trempé, Auru le fils du chef de l’île et le copain-rival de Yann ou encore Ramana le chaman un peu fou.

Ce cadre inédit dans un dessin animé français permet d’aborder des histoires d’aventures, de trésors enfouis, de protection de la nature, d’amitié mais aussi de découvrir via un prisme certes simplifié la culture et les légendes polynésiennes, qui servent de toile de fond à pas mal d’épisodes.

Les histoires sont pour le coup plutôt variées: tantôt une histoire de chasse au trésor, tantôt une autre centrée sur la rivalité sportive et amoureuse entre Yann et Auru, ou encore une histoire sur un ancêtre d’un personnage.

oumledauphinblanc-4

En fait sur les 8 épisodes que j’ai pu voir, un seul était véritablement centré sur Oum, qui malgré le titre de la série est loin d’être le personnage principal, contrairement à Lassie par exemple. Le dossier de presse évoque aussi un groupe de méchants menés par un certain Van Krook, mais je ne les ai pour l’instant pas encore vus à l’œuvre.

Les épisodes sont indépendants et peuvent être vus dans n’importe quel ordre. Le format de 13 minutes oblige l’histoire à aller à l’essentiel et ne laisse qu’une place réduite aux intrigues secondaires souvent humoristiques et souvent centrées sur Marina ou le chaman.

Les histoires sont plutôt bien écrites, bien rythmées et plaisantes à suivre. Et elles marchent bien sur Fiston qui était captivé par la chasse au trésor et qui riait de bon cœur aux petites chamailleries de Yann et Auru.

Les personnages

  • Yann

yann

Personnage principal, Yann est un adolescent de 15 ans dont les hormones commence à le travailler. Sous le charme de la belle Timéti, il cherche à attirer maladroitement et timidement son attention, même s’il est en compétition avec Auru, le copain mais néanmoins rival plus grand, plus fort et plus baratineur que lui.

Malgré sa timidité face aux filles, Yann est un garçon courageux, aventureux et intrépide qui se met souvent dans des situations dangereuses. Heureusement que ses proches et son meilleur ami Oum veillent sur lui.

Yann est un personnage déjà présent dans le vieux dessin animé et dans les pubs. Il s’agit du même garçon blond qui porte un collier avec une dent de requin. Dans la nouvelle version, Yann semble plus réaliste avec sa maladresse, ses interrogations et les préoccupations de son âge : l’aventure, la découverte, les jeux et bien sûr les premiers émois amoureux. C’est un personnage plutôt sympathique et attachant dans lequel on peut facilement s’identifier.

  • Marina

marina2

Marina est la petite soeur un peu casse-pied de Yann. Débordante d’une énergie inépuisable et d’un optimisme à toute épreuve, elle est aussi une incorrigible bavarde avec qui un secret ne le reste jamais très longtemps. Bref, si vous êtes parents, elle vous rappellera sûrement quelqu’un.

Marina est aussi une grande amie des animaux qu’elle trouve tous mignons quasiment sans exception. Et elle ne se sépare jamais de Raoul, un koala vivant, qui lui sert de doudou.

Comme son grand-frère, Marina est aussi dans le dessin animé original (ainsi que Raoul) et dans les publicités. Si elle a gardé sa coupe de cheveux, elle a été rhabillée dans la version 2015, qui devait juger indécent de montrer une gamine de 7 ans torse nu. Du coup, elle arbore une jolie petite robe rose.

Au final, parce que Marina ressemble beaucoup à mon Fiston pour son caractère enjoué et son bavardage incessant (bien qu’elle soit beaucoup plus dégourdie que lui), c’est un personnage auquel je m’attache, d’autant plus que les sous-intrigues un peu marrantes tournent autour de son personnage.

  • Oum

oum-perso

Oum est un dauphin blanc, avec des tâches bleues autour des yeux, particulièrement intelligent et courageux, n’hésitant à affronter des requins ou des murènes pour sauver ses amis.

oumledauphinblanc-3

Même si le dessin animé porte son nom, le fameux dauphin blanc n’est pas vraiment le personnage principal dans cette série. Il est même plutôt en retrait dans les épisodes que j’ai vus, se contentant le plus souvent de suivre Yann dans ses aventures mais surtout de l’aider à se sortir de situations dangereuses.

Il entretient avec Yann une relation privilégiée et il est très attaché au jeune garçon avec qui il semble pouvoir communiquer. Dans un épisode en particulier, où Oum s’attache à une dauphine et son petit, notre dauphin blanc finit par revenir auprès de son ami plutôt que de partir avec ses congénères.

Malgré tout, c’est un personnage principal à part entière à qui les animateurs ont réussi à lui donner des expressions et des réactions très humaines. C’est évidemment le personnage préféré de mes enfants, qui rêvent depuis de pouvoir nager avec un dauphin.

  • L’Oncle Patrick

patrick

Personnage également présent dans l’ancien dessin animé, l’Oncle Patrick est un brillant océanologue au look de vieux loup de mer. Très attaché à ses neveux dont il a la garde, il tient son rôle de mentor très à coeur, leur expliquant les mystères de l’océan mais également ses dangers.

Lui et ses neveux habitent dans un vieux galion retourné au bord de la plage (une idée de design absolument géniale selon moi !). Patrick a également un bateau dédié à l’exploration scientifique, le Taaora.

Patrick tient un rôle assez particulier et plutôt intéressant : il tient le rôle de l’adulte responsable et aimant sans toutefois les inconvénients de l’autorité parentale. Bref, c’est l’adulte cool vers qui on se tourne en cas de problème mais qui n’est pas sur le dos à longueur de temps.

  • Timéti

timeti

Jolie vahiné de 14 ans, Timéti vit seule avec sa mère, Maéva qui tient la boutique de l’île. Bien qu’elle connaisse parfaitement les légendes et les traditions de son village, Timéti est une jeune fille moderne, dynamique, sportive et indépendante qui a un regard critique sur la place traditionnelle des femmes dans son village.

Elle a bien conscience d’être au coeur de la rivalité entre Yann et Auru, ce qui a le don de l’exaspérer.

Timéti est un personnage féminin assez sympa, refusant d’être la princesse à sauver ou le trophée d’une compétition entre les garçons. Dans un épisode notamment, une compétition de pirogues est organisée, mais elle est réservée aux garçons, soit-disant plus forts et endurants. Lorsque Timéti veut participer, le chef du village refuse et la réduit à un rôle de trophée : le vainqueur de la compétition aura un bisou de la belle. Bien entendu, elle participe en secret et bat à plate couture les deux jeunes coqs.

  • Auru

auru

Auru est un jeune Polynésien de 15 ans et fils du chef du village. Fier et présomptueux, il voit l’arrivée de Yann d’un assez mauvais œil, d’autant plus que les deux garçons sont amoureux de Timéti.

Pourtant, bien qu’Auru s’amuse à asticoter la « Petite crevette », il y a une certaine camaraderie entre lui et Yann, n’hésitant pas à l’aider et à le sauver quelque soit le danger.

Si on était dans une série américaine, Auru serait le capitaine de l’équipe de foot. Pourtant c’est un personnage que j’aime bien. C’est un personnage qui a un bon fond et n’agira jamais avec une mauvaise intention. C’est également quelqu’un sur qui compter en cas de problèmes.

  • Papa Tuanaku et Tapuna

Papa Tuanaku est le chef du village qui veille sur les habitants comme un bon père de famille qui aime se donner de grands airs (notons que la tendance à la vantardise se transmet de père en fils)

Tapuna est quant à elle sa femme et donc la première dame du village.

  • Jack

Jack est un aventurier chercheur de trésors un peu roublard toujours à la recherche d’un bon plan pour arrondir ses fins de mois, entre 2 courses en bateau-taxi au bord duquel il transporte les habitants d’île en île.

  • Ramana

Si l’Oncle Patrick est la caution scientifique et cartésienne sur l’île, Ramana le chaman est son opposé, trouvant des explications dans les légendes et la magie.

Totalement imprévisible et un peu fou, Ramana est un personnage comique dont la présence annonce bien souvent des situations absurdes.

Avis et conclusion

Je l’avoue, quand j’ai appris qu’Oum le dauphin blanc aurait droit à une nouvelle série, ma première réaction a été « pfff… quel intérêt ? ». En effet, comme je l’ai écrit plus haut, les gens se souviennent davantage des pubs que du dessin animé, qui en plus a assez mal vieilli. Pourquoi s’embêter à faire revenir ces personnages ?

Pourtant les premiers visuels qui flattaient pas mal la rétine annonçaient quelque chose d’intéressant et ma curiosité a été piquée quand j’ai vu le nom de Stéphane Bernasconi à la production mais surtout à la réalisation. Je suis en effet un immense fan des Aventures de Tintin qui malgré ce que peuvent en dire les tintinophiles intégristes est une série d’animation exceptionnelle.

Du coup, quand l’attachée de presse de TF1 m’a proposé de découvrir la série, j’ai tout de suite accepté. Les premières impressions ont été plus que positives : Oum le dauphin blanc est un dessin animé graphiquement réussi. Les couleurs, les décors, les personnages, l’animation, tout y est éclatant et chaleureux, comme vous avez pu le voir avec les images que j’ai mises pour illustrer.

oumledauphinblanc-6

J’ai également aimé le fait que les auteurs aient réfléchi à la géographie des lieux : ce cadre paradisiaque a beau avoir des airs de cartes postales, tout y est vivant et bien ordonné : la maison-galion de l’Oncle Patrick, la case du chaman dans la mangrove, le grand bâtiment au centre du village ou encore la boutique de Maéva, tout y est disposé avec cohérence.

Ces décors sont d’ailleurs magnifiques comme le soin apporté aux détails : on sent qu’il y a un gros travail de recherches par exemples sur les tatouages et les tenues traditionnelles des Polynésiens. En outre, les personnages ont des charac-designs réussis et chose incroyable : ils font leur âge.

oumledauphinblanc-7

Ces derniers sont d’ailleurs bien écrits et attachants, que ce soit les héros Yann et Marina ou bien les personnages secondaires comme l’Oncle Patrick ou Auru. Ils sont crédibles et on peut s’identifier à eux. Ils sont loin des personnages lisses, parfaits et agaçants comme les dessins animés ont trop souvent tendance à nous servir. Alors qu’ici si certains peuvent énerver, ils gardent ses aspérités qui les rendent sympathiques.

Les histoires sont également bien écrites, bien que le format de 13 minutes oblige les scénaristes à aller à l’essentiel et à délaisser les intrigues plus complexes ou le développement des personnages sur la durée. Comme je l’ai déjà dit, j’ai aimé la variété des situations et des histoires mais aussi que ce dessin animé permette de découvrir les légendes et la culture polynésiennes, bien trop rares dans les œuvres de fiction.

C’est un dessin animé dépaysant et rafraîchissant, parfait pour s’évader. On se prend à envier Yann et Marina qui n’ont aucune obligation. Ils semblent être tout le temps en vacances et profitent de ces décors paradisiaques sans aucune contrainte scolaire ou parentale. C’est le genre de scénario idéal pour n’importe quel enfant qui rêve d’aventures et d’exotisme !

oumledauphinblanc-2

Au final, il n’y a que peu de défauts qui m’ont gêné dans Oum le Dauphin blanc : le format et la non-continuité des épisodes font que les intrigues restent simples, même si cela s’explique par le fait que la cible est le public des 6-10 ans. Certes les histoires sont marrantes et sympas, mais ça ne va jamais très loin et la résolution se fait rapidement. Heidi ou les Grandes Grandes Vacances ont prouvé qu’on peut faire un bon dessin animé, qui marche auprès des enfants avec une histoire suivie et une trame qui s’étend sur plusieurs épisodes. J’aurais aimé voir cela dans Oum, même s’il est vrai que ça s’y prête moins.

En fait, j’ai peur que les histoires s’épuisent et que ça tourne en rond. Il y a en effet 52 épisodes et j’attends de voir si l’arrivée des antagonistes annoncés dans le dossier de presse vont apporter un peu de dynamisme et d’aventures. En effet, Oum est vendu comme un dessin animé d’aventures et comédie, et pour l’instant à part un épisode, la plupart des histoires que j’ai vues étaient surtout du registre de la comédie.

Autre petit point négatif : si les comédiens de doublage sont plutôt bons, j’avoue avoir un peu de mal avec la voix suraiguë de Marina, doublée par Emmylou Homs que j’avais pourtant bien aimée dans la Reine des Neiges. Ce n’est pas grand chose, d’autant que ça correspond plutôt bien au personnage, un peu chipie. Mais j’avais déjà un peu le même problème avec Heidi, doublée je le rappelle par la même comédienne.

Mais à part ces quelques détails loin d’être rédhibitoires, j’avoue être conquis par ce dessin animé franchement attachant, bien réalisé et bien écrit avec une vraie personnalité. J’espère qu’il rencontrera le succès qu’il mérite et qu’à l’évocation d’Oum le dauphin blanc, les gens penseront enfin à cette série et oublieront ce chocolat, qui – osons le dire – n’était franchement pas terrible, ce qui n’est absolument pas le cas de ce remake exemplaire et réussi !

Advertisements

13 réflexions au sujet de « « Oum le dauphin blanc » »

  1. Cc! Com2 scene1 après plantage. ..je disais donc merci pour ce post qui m à donné envie de regarder Oum si j’allume ma tv à ce moment là (faut pas pousser quand mm, ce fût une longue bataille pour sevrer Mlle ).
    En tous cas c est sûr ça a l’air mieux que le vieux de notre époque (beurk le galak ).
    Juste un truc, tu trouves que Timeti fait 14 ans ? Avec ce paréo ultra court. ..OMG me reste 6 ans pour me préparer alors si ça rend ça à cet âge 😂😂.

    • Ecoute, le petit paréo de Timéti ne m’a pas plus choqué que ça quand on voit d’autres dessins animés : les fées qui font vraiment puputes dans Winx Club notamment ou encore Lolirock que j’aime bien pourtant. Au contraire, Timéti n’est pas une fille qui joue de ses atouts.

  2. Remarque, Caliméro, c’est bien une mascotte de lessive à l’origine (Caliméro est boueux et non noir)

    Une bonne manière d’apprendre l’italien !

    Sinon, je te confirme qu’Oum fut un mystère pour moi. Ce n’était sans doute pas diffusé au bon moment pour que je vois. J’ai bien vu les pubs mais pas de Galak à la maison (et c’est maintenant que j’ai des envies de Galak, rhalala) Et Oum ne resta qu’une présence fantomatique.

    • Maintenant que tu le dis, j’ai oublié Caliméro dans la liste des « remakes » qui passaient sur TFou (avec Vic le Viking et en attendant Nils Holgerssen).

      Le truc avec le dessin animé de Oum, c’est que c’est très vieux, ça date du début des années 70. Il y a bien eu des rediffusions mais je n’en au aucun souvenir. Comme je l’ai écrit, si ça a marqué les mémoires, c’est parce que Nestlé l’a gardé comme mascotte jusqu’en 2003, date à laquelle les ayant-droits se sont réveillés et ont demandé la fin de la coopération.

      C’est pourquoi au fond c’est plutôt une bonne idée de reprendre les personnages originaux et l’univers exotique.

      • Tu prêches un converti 🙂

        Nils Holgerssen… Je crois ne pas avoir vu réellement un épisode entier. Mais j’avais le livre-cassette… que j’ai tellement sacralisé que le dessin animé originel m’a paru bof.

        Pour les Cités d’Or, bizarrement, je n’ai jamais vraiment vu la série de A à Z. Faudrait que je le fasse. La saison 2 ne m’a pas parue folichonne ? Et j’ai l’impression qu’elle n’a pas réussi autant que voulu (au niveau produits dérivés, en tout cas).

        Pour revenir à un truc rigolo.
        L’image que tu reprends pour illustrer le « vieil » Oum est celle reprise régulièrement. Elle a été abondamment utilisée à l’époque, plus ou moins retouchée. Livres, pubs etc. Et oui mais le dauphin que l’on voit, ce n’est pas Oum ! Il est gris. Il a des cils, c’est surement une femelle ! D’ailleurs il est monté par Marina, c’est forcément une femelle ! J’en déduis que c’est Mamoum, la fiancée d’Oum.
        En fait, sur l’image, on voit Mamoum et Marina. Et Yan et vaguement Oum derrière.

        Je me demande si montrer Mamoum plutôt qu’Oum n’était qu’un hasard. Elle a regard forcément plus doux, avec ses cils. Peut-être plus enjôleur pour les parents !

      • A propos de l’image, je m’étais fait la même réflexion : on ne voit pas Oum mais un autre dauphin à la place. Mais bon c’était pour avoir une idée des dessins de l’époque.

        Et je confirme que la saison 2 des Cités d’Or est loin d’être convaincante.

  3. Oh là là, merci pour cet article qui m’a donné envie de jeter un oeil au nouveau dessin animé. Comme les autres, je n’avais aucune idée qu’une véritable série outre la pub Galak existait (et il y avait du galak chez moi, on était une solide famille de droite modérée avec un goût immodéré celui-là pour la société de consommation (de là mes multiples vices)).
    Développements possibles pour le dessin animé:
    – Le Tonton est gay (il est bien bâti, il adore ses neveux et nièces car il ne peut pas avoir d’enfants même si la société polynésienne est tolérante)
    – Les parents perdent leur travail et deviennent braconneurs de dauphins pour les vendre aux Japonais (il y a du chômage aussi à Tahiti)
    – Les enfants découvrent que le parti politique local est corrompu et le dénonce à la population. De ce fait la compagnie aérienne ne fonctionne plus car elle est le pivot du système clientéliste. Marina devient avocate en droit de la concurrence.

  4. Toujours un très bon dossier !
    Pour avoir regardé quelques épisodes, je te rejoins sur beaucoup de points (positifs, notamment), et j’apprécie également le côté un peu insouciant et léger des histoires. Il faut dire que Oum est programmé après Heidi (qui transforme déjà un dimanche matin lambda en dépression colossale), et Lassie (qui n’est pas moins triste à l’occasion).
    Une petite bouffée de soleil polynésien ne fait donc pas de mal à ce stade…

    • Merci 🙂

      Perso j’aime bien Heidi, justement pour les émotions qu’elle remue. C’est rare pour les dessins animés actuels qui cherchent le consensus. Mais c’est vrai que Oum est vraiment rafraîchissant.

  5. Ping : « Miraculous – Les Aventures de Ladybug et Chat noir  | «Tu auras les yeux carrés

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s