« Zou » – Mais quel petit ongulé !

Avant d’attaquer le cœur de l’article, commençons par une petite digression comme je les aime. Je suis de la génération Club Dorothée et comme quasiment tous les gamins dans les années 80 et 90, je passais mes mercredis devant la télévision. Comme tout le monde, j’avais mes dessins animés préférés : Les Chevaliers du Zodiaque, Nicky Larson, Sailor Moon et l’inévitable Dragon Ball Z. Malheureusement, avant d’arriver à ces séries, on était obligés de subir des dessins animés ou des sitcoms d’une toute autre qualité et d’un intérêt plutôt moyen. Rappelez-vous de Sophie et Virginie, les Jumeaux du bout du monde, Salut les Musclés ou les Aventures de Carlos ! Et je ne connais personne qui ait jamais trouvé ces machins sympas

Pourquoi est-ce que j’en parle ? Parce que l’air de rien, même en 2015, mes enfants subissent plus ou moins la même chose. En effet, entre Peppa Pig qui les amuse et Sam le Pompier qui provoque un enthousiasme toujours inexpliqué, ils patientent et font la grimace devant un dessin animé pourtant joli et mignon. Certes si sa qualité était nettement supérieure aux horreurs des productions C&D de Jean Chalopin et des épouvantables sitcoms AB, il faut avouer que Zou, le petit zèbre, a bien du mal à s’imposer dans le cœur de mes gamins.

01

Fiche informative

Zou est un dessin animé français, réalisé par Olivier Lelardoux et produit par Cyber Group Studio (entre autres les Mini Ninjas) qui compte à ce jour 104 épisodes de 11 minutes (soit 2 saisons de 52). Traduit dans 24 langues et vendus dans plus de 150 pays, Zou a été diffusé en France depuis 2012 dans Zouzous sur France Télévisions.

Il s’agit d’un dessin animé plutôt propre, joli et lumineux en images 3D avec une belle animation et une charte graphique plutôt réussie et fidèle à son matériel de base. C’est en effet l’adaptation des livres jeunesse de Michel Gay, publiés à l’École des Loisirs, que je ne connais pas du tout.

41NY-S+IZTL

Toujours est-il que les décors sont assez jolis mais peu nombreux. On se retrouve souvent dans les mêmes lieux : le parc, la maison de Zou et son jardin, quelques rues et boutiques et c’est à peu près tout.

Les personnages, des zèbres anthropomorphes, ont quant à eux des looks plutôt sympathiques et assez originaux. Même si certains semblent coincés dans une bulle temporelle située dans les années 80, avec entre autre une Véronique (ou Davina, je ne sais jamais qui est qui) en miniature et ses parents qu’on croit sortis d’une sitcom AB, les personnages ont des looks très vite reconnaissables.

generique

Après, le fait qu’il s’agisse de zèbres soulève pas mal de questions existentielles comme « comment peut-on utiliser un tournevis quand on n’a que des sabots à la place des mains ? » ou encore « comment font ces zèbres pour survivre dans un climat tempéré de type européen ? », mais surtout « pourquoi je n’accroche pas ? ». Mais j’y reviendrais longuement.

Pour rester dans la partie technique, les doublages sont de qualité comme très souvent dans les dessins animés actuels mais ça reste classique, efficace mais pas inoubliable. En revanche j’adore le générique, très entraînant et joyeux à l’image du dessin animé.

Histoire

Dans ce dessin animé, il est question d’un jeune zèbre de 5 ans du nom de Zou, qui vit avec une famille qui l’adore. Cette dernière a la particularité unique dans les dessins animés actuels de compter quatre générations sous le même toit : Zou, ses deux parents, Papy et Mamie et Nanou, l’arrière-grand-mère, sans parler de Poc, l’oiseau de compagnie de Zou (et seul personnage à ne pas avoir la lettre Z dans son nom).

05

Chaque épisode fait la part belle à une découverte de Zou : c’est souvent un jeu (Zou joue à cache-cache, au ballon), un métier (Zou joue au livreur, Zou joue au réparateur, Zou joue au pâtissier etc…), une passion (la musique, le dessin, construire un igloo) ou un environnement (le jardin, la rue, la maison, l’épicerie). Mais surtout cette série se penche sur les relations familiales et sociales de Zou. En effet, il vit ces petites aventures en compagnie de ses amis : sa jolie voisine Elzée, sa cousine un peu relou Zinnia et Zak le fils du facteur (dans le sens littéral du terme, je vous vois venir), mais surtout son Papy.

Comme dans la plupart des dessins animés pour jeune public, Zou a une portée éducative à travers ses expériences, ses jeux et ses découvertes, mais sans le côté sentencieux et magistral comme les dessins animés proprement éducatifs.

Avis

Zou est dans l’absolu un dessin animé très correct et bien fini. Son succès et les nombreux prix qu’il a obtenus sont objectivement mérités.

J’aime beaucoup que les épisodes soient centrés ses relations avec ses amis et sa famille. Plus particulièrement avec son grand-père qui est un véritable compagnon de jeu pour Zou. En effet, les parents de Zou ont l’air de travailler tous les deux et ce sont ses grands-parents qui s’occupent de lui au quotidien, surtout Papy qui a un rôle très important dans la vie de Zou. C’est lui que Zou va voir en premier dès qu’il a un souci. Cet aspect transgénérationnel est à la fois original et touchant et c’est clairement le point fort de ce dessin animé.

zou-zou-patissier_60a91_2k4284

Pourtant à y regarder de plus près, le monde de Zou est assez étrangement idéalisé. Contrairement à d’autres dessins animés du même genre (Tchoupi, Peppa Pig ou encore Mini-Loup), si on suit Zou dans ses jeux et ses découvertes, bizarrement on ne le voit jamais à l’école. Comme si cette partie de la vie d’un enfant n’intéresse pas les auteurs, alors que Zou est normalement scolarisé. Tout est en fait pour que les spectateurs se concentrent sur Zou et uniquement sur lui.

Tout tourne autour de cet enfant que tout le monde admire et adore, au point d’en faire des caisses : la moindre idée ou la moindre remarque de Zou est tout de suite considérée comme géniale ou fabuleuse par des parents et des grands-parents complètement à genoux pour cet enfant, pas méchant, pas capricieux mais à qui personne n’ose rien refuser. Tout le monde est en extase devant Zou, même ses amis qui ne servent qu’à souligner à quel point Zou est formidable.

07

Entre la jolie voisine Elzée, toute mignonne dans sa jolie robe, Zinnia la gamine un peu pimbêche aux dents écartées avec un look qui rappelle les heures tragiques de Gym Tonique et surtout Zak, le copain gros, pataud et incapable de mettre un pied devant l’autre sans tomber ou casser quelque chose, Zou le personnage principal ne peut que briller à côté de ces faire-valoir.

Ce dessin animé illustre par l’absurde le syndrome de l’enfant-roi poussé à son paroxysme surtout quand on finit par remarquer qu’aucun enfant n’a de frère et sœur dans ce dessin animé fait pour les plus jeunes. Toute une même famille sous le même toit et des enfants uniques, si je voulais faire du mauvais esprit, je dirais que ça ressemble étrangement à certains pays à la politique nataliste très « encadrée ».

zou001

Ajoutons à cela des personnages bien caricaturaux auxquels je n’arrive pas vraiment à m’attacher. Mamie fait des gâteaux et Papy du bricolage, tandis que Nanou, la doyenne et arrière-grand-mère de Zou, est une gentille vieille dame un peu dure de la feuille qui joue du piano en buvant son thé. Le reste des personnages secondaires sont assez anecdotiques : la tante Zelda et l’oncle Zavier (notez l’orthographe), parents de Zinnia, deux snobs qui tiennent une boutique de babioles ou bien une galerie d’art et Monsieur Zoey, l’épicier et père de Zak. Des personnages plutôt fades et sans grand intérêt si on excepte le Papy qui est le seul personnage qui m’est sympathique.

Bref vous l’aurez compris, si sur la forme Zou a tout d’un dessin animé formidable, sur le fond, je n’arrive pas du tout à m’accrocher. Mes enfants non plus visiblement. Les histoires les ennuient et ils n’arrivent pas à s’identifier aux personnages. Dommage pour cette série qui malgré sa longévité (plus d’une centaine d’épisodes !) et son charac-design plaisant ne restera probablement pas dans leurs souvenirs ou alors comme un bouche-trou qui grâce au replay peut être zappé à tout moment.

Publicités

5 réflexions au sujet de « « Zou » – Mais quel petit ongulé ! »

  1. bonjour, très bonne critique, et vrai dans la description du dessin animé.
    Personnellement, j’aime bien, c’est calme et coloré, mes fils de 5 et 3 ans moins, (peut être que c’est trop calme justement? ils préfèrent les power rangers ou pokemon…).
    Par contre, j’ai 34 ans et donc je suis de la génération club dorothée, et je n’ai pas honte de dire que j’ai aimé salut les musclés, ainsi que tous les séries AB de l’époque ou presque (hélène et les garçons, le miel et les abeilles…)! 🙂

  2. Ping : TOP des articles et vidéos de la semaine sur la toile ^^ | Miss Pivoibulle

  3. Ping : « Les Chroniques de Zorro  – | «Tu auras les yeux carrés

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s