« Dora l’Exploratrice » – Plus fun qu’Assimil, plus efficace que Wall Street English et plus fort que JCVD

Dora : Bonjour les amis ! Hello my friends ! Je m’appelle Dora et voici mon ami Babouche ! Comment allez-vous aujourd’hui ? How are you today ? Oh ? Mais qui vois-je ? Ne serait-ce pas notre copain Keyang ? Hello Keyang ! On ne l’a pas revu depuis un mois ! Ça n’a pas l’air d’aller, qu’est-ce t’arrive ? What happens to you, my friend ?

Moi : Bonjour Dora, bonjour Babouche ! J’étais assez occupé à ne rien faire ces derniers mais surtout je n’ai aucune inspiration. Je sais que je dois écrire un nouvel article mais je n’ai aucune motivation aujourd’hui. Je crois que je l’ai perdue ! Voudrais-tu m’aider à les retrouver, s’il te plait ? Would you help me, please ?

Dora : Of course ! Les amis, voulez-vous nous aider à retrouver la motivation de notre ami Keyang pour son nouvel article ?

(…)

Dora : Fantastic ! Pour y arriver, à qui fait-on appel ? A la Carte, bien sûr !

Si tu dois aller quelque part,
Je te guiderais tu peux me croire
Je suis la carte,
Chuis la carte, chuis la carte.
Si tu veux trouver ton chemin,
Je peux t’aider écoute-moi bien
Je suis la carte,
Chuis la carte, chuis la carte…

La Carte : Alors, pour retrouver la Motivation de Keyang, il nous faudra passer par la Vallée de la Fiche technique, le terrible Pont du synopsis et de la Présentation des Personnages avant d’atteindre la Montagne de l’avis général et de la conclusion ! Répète après moi : Vallée, Pont et Montagne ! Valley, bridge and mountain !

Dora : Qu’est-ce qu’on attend, Babouche ? Aidons Keyang à écrire son article !

Allons-y ! Let’s go ! C’est parti les amis !
Nous allons les trouver !
Je sais qu’on peut y arriver !
Où allons-nous ?
Retrouver la motivation de Keyang !
Where are we going ?
To find Keyang’s motivation !
Où allons-nous ?
Retrouver la motivation de Keyang !
Where are we going ?
To find Keyang’s motivation !

Dora_affiche


La Vallée de la fiche technique

Dora l’Exporatrice (Dora the Explorer en VO) est un dessin animé américain en 2D créé par Chris Gifford, Valerie Walsh et Eric Weiner, produit et réalisé par Nickelodeon.

Cette série est diffusée depuis 2000 et s’est arrêtée en 2014, après 8 saisons et avec 172 épisodes. Chaque épisode dure une vingtaine de minutes. Diffusée initialement sur CBS jusqu’en 2006, Dora l’Exploratrice a ensuite été à l’antenne de Nick Jr, dont elle est devenue la série phare et la plus longue à ce jour.

Cette série est extrêmement populaire et a été vendue et adaptée partout dans le monde. En France, Dora a été diffusée par Tiji, Nickelodeon France mais surtout TF1 où la série passe toujours.

Il s’agit d’un dessin animé éducatif destiné à un très jeune public dont le principe est d’apprendre des notions d’une langue étrangère aux jeunes spectateurs avec toute une série d’interactions et de jeux auxquels les spectateurs participent. En gros, Dora pose des questions aux enfants qui doivent répondre. Dans la version originale, Dora nous enseigne quelques mots d’espagnol mais dans la plupart des pays du monde (dont la France), Dora et ses amis font découvrir surtout quelques mots d’anglais aux jeunes téléspectateurs.

Techniquement et graphiquement, on ne va pas se mentir, Dora l’Exploratrice n’est pas un dessin animé exceptionnel. Le bible graphique est assez sommaire : décors peu détaillés, personnages assez grossiers, gros aplats de couleurs chaudes, absence de perspective et d’ombres et animation simpliste. Pourtant le parti pris graphique est efficace : tout le monde reconnait au premier coup d’œil les personnages et Dora est devenue une icône qu’on retrouve partout des t-shirts aux cartables en passant par les shampoings et les jouets. Il faut dire aussi que le public visé (des gamins de maternelles, en gros) n’est pas vraiment constitué d’esthètes et les dessins naïfs sont parfaits pour illustrer les propos de cette série. Et avec Internet, Dora fait l’objet de nombreuses parodies et de mèmes, sur lesquels je reviendrai.

La version française est plutôt bonne avec un beau travail d’adaptation des dialogues et des chansons qui reviennent d’un épisode à l’autre, malgré des séquences de franglais qui ne sont pas sans rappeler un certain Jean-Claude Van Damme. Certes, les voix sont super caricaturales (terme poli pour ne pas dire ridicules), mais elles sont cohérentes avec le monde coloré de Dora. On retrouve notamment Lucile Boulanger qui fait la voix de Dora, Bruno Magne qui double Chipeur et  Dolly Varden (elle est connue pour les fans de dessin animé pour avoir doublé Kerobero dans Sakura, Chasseuse de cartes ou encore les Grumeaux dans les Razmoket) qui fait la voix de Babouche et Diego.

dora002

Ce dessin animé a eu bien entendu droit à un nombre incalculable de sorties DVD, qui sont édités par TF1 Vidéo sous le label TFou Vidéos. Le service presse de TF1 m’en a envoyés quelques uns et je me devais d’en glisser un mot. Il y a plus ou moins 2 sortes de DVD. D’une part, on trouve des DVD thématiques regroupés sous la collection « Je grandis avec Dora » : par exemples dans les Bonnes manières, on apprend les mots de politesse en anglais comme please ou thank you tandis que dans Dora la meilleure des grandes sœurs, les épisodes sont centrés sur les bébés. Et d’autre part, il y une autre collection de DVD regroupant des épisodes spéciaux comme Dora fait du patin à glace où Dora doit aider la Princesse des Neiges, par exemple. Chaque disque contient 3 épisodes avec aucun bonus (de toute façon, les bonus n’intéressent pas les enfants). Mais malheureusement, il y a pas mal de publicités pour d’autres DVD avant mais que l’on peut passer en appuyant sur le bouton chapitre suivant. Les DVD sont vendus entre 7€ et 12€ selon la collection. Pratique pour occuper les enfants dans la voiture ou le train.

Enfin pour terminer, il existe 2 spin-offs à cette série : Go Diego ! (en VO Go, Diego go !) qui met en scène le cousin de Dora, Diego Marquez, toujours sur le thème du bilinguisme, mais où les héros doivent sauver des animaux en danger. Dora y fait des apparitions de temps. Go Diego ! compte 75 épisodes répartis sur 5 saisons entre 2005 et 2011.

diego

Depuis août 2014, juste après l’arrêt de la série Dora l’Exploratrice, Nickelodeon a lancé une nouvelle série : Dora & Friends – Au coeur de la Ville (en VO Dora and Friends : into the city), une suite plus ou moins directe avec une Dora qui a grandi (j’y reviendrai) et ses amis qui doivent résoudre des quêtes. Adieu singe parlant, renard sournois et sac à dos sous extasy ! Bienvenue aux smartphones magiques et aux bracelets enchantés qui parlent en franglais ou spanglish selon la version !

Westfield-Topanga-Nickelodeon-Dora-and-Friends-Event1

Nouveau look pour une nouvelle vie


Babouche : Oh no ! Une branche est tombée sur la route et nous bloque le passage ! Il faudrait trouver un moyen de passer par-dessus !

Dora : Et qui appelle-t-on quand on a besoin d’un maxi-outil d’une solution ? Le Sac à dos, bien sûr !

Sac à dos, sac à dos,
Sac à dos, sac à dos,
C’est moi qui te suit à l’école
Bourré de trucs et de bricoles
Tout ce qu’il te faut pour la journée
Dans mon ventre c’est rangé
Sac à dos, sac à dos,
Sac à dos, sac à dos.
Yeah !

Sac à dos : Parmi les quatre objets, lequel peut aider Dora et Babouche à sauter par-dessus les branches cassées ? La trousse, le cahier de coloriage, le jet-pack ou la raquette de tennis ? Mais oui ! C’est le jet-pack bien sûr !


What’s the story ?

Dora Marquez est une petite fille d’origine hispanique qui adore rendre service, voyager mais surtout explorer ! Accompagnée de son fidèle ami Babouche, un petit singe qui parle et qui porte des bottes rouges et armée de son précieux sac à dos, elle va remplir des missions selon un même schéma répété inlassablement comme tous les dessins animés du même genre comme Umizoomi, une autre série Nickelodeon pour le même public dont j’ai déjà parlé précédemment.

Dora, avec Babouche, doit en général aider quelqu’un : aider un lion à entrer dans un cirque, chercher des biscuits dans une ferme, aider un bébé renard à retrouver sa maman etc…  Il ne s’agit pas de sauver le monde mais plutôt des missions simples rythmées par les séquences reprises d’un épisode à l’autre :

  • Après l’introduction et la présentation de la mission du jour, Dora et Babouche font appel à la Carte qui leur donne la route à suivre jusqu’au but à atteindre. A la manière d’un conte de fée, il y a 3 étapes et autant d’épreuves à passer pour réussir la mission du jour.
  • Dora se met ensuite en route après sa chanson « Allons-y, let’s go » qui rappelle l’objet de la mission.
  • A chaque étape, Dora, Babouche et parfois d’autres personnages doivent passer une épreuve à laquelle les spectateurs sont invités à participer : qu’il s’agisse d’une question mathématique, de logique ou d’agiter les bras pour soulever des rochers ou souffler sur des bulles imaginaires ou de retrouver des machins à l’écran.  Quand une épreuve est réussie, on a droit à un petit jingle.
  • Au moins une fois dans l’épisode, Chipeur va tenter de dérober le moins discrètement possible un truc. Aux spectateurs de l’en empêcher ou de retrouver l’objet dérobé.
  • A un moment de l’épisode, Dora a besoin également d’un accessoire pour couper des fils, creuser ou encore descendre une pente. On demande à ce moment-là de l’aide au Sac à dos de Dora qui propose de choisir entre plusieurs objets pour avancer.
  • Quand enfin Dora et Babouche arrivent à destination et remplissent leur mission, ils fêtent leur réussite avec une chanson « C’est gagné, we did it !« .
  • Et l’épisode se conclut par un bilan lors duquel Dora demande aux spectateurs quel a été leur moment préféré.
  • Lors du générique de fin, il faut trouver un personnage ou un objet caché tout en suivant un curseur bleu.

Dora : Oh Babouche, j’ai cru voir un gros minet Chipeur, le renard sournois qui veut chiper une vanne pourrie de Keyang !!

Babouche : Mais qu’est-ce qu’il faut faire, Dora ? What do we have to do ?

Dora : Si vous voyez Chipeur le Renard, il faut dire « Chipeur, arrête de chiper » !

« Chipeur, arrête de chiper ! Chipeur, arrête de chiper ! Chipeur, arrête de chiper !! »

Chipeur : Ooooooh, mince !


Who’s who ?

  • Dora Marquez

dora001

Dora est une petite fille hispanique de 7-8 ans, gentille, mignonne, curieuse et serviable.

Reconnaissable entre toutes les héroïnes de dessins animés pour sa coupe au carré, son t-shirt rose, son short orange, ses tennis blanches et ses soquettes jaunes, Dora est toujours partante pour se déguiser en fée, en sirène ou en princesse pour les besoins de sa mission.

Elle adore explorer (d’ailleurs son nom, Dora, vient de l’espagnol exploradora qui veut dire « exploratrice »), se faire de nouveaux amis, découvrir de nouvelles choses et briser le 4e mur en s’adressant aux téléspectateurs et en marquant des pauses super gênantes où elle regarde droit vers la caméra à guetter une réponse dont elle se fout éperdument.

i-dont-know-whats-more-awkward-answering-dora-or-sitting-in-slience

« Je ne sais pas ce qui est le plus bizarre : répondre à Dora ou s’asseoir en silence alors qu’elle t’observe fixement »

Plus ou moins bilingue, elle sort de temps en temps des mots en anglais qu’elle assène avec autant de subtilité qu’une batterie de missiles sol-sol. Le résultat ? Une sorte de Jean-Claude Van Damme d’1m30, sans les grands écarts faciaux et les high kicks dans la tronche.

De vous à moi, je pense qu’elle doit être gravement myope puisqu’elle n’est pas fichue de voir l’arbre immense avec un visage juste derrière elle ou le château scintillant avec des néons qui se trouve à 3 mètres sur sa gauche. Elle ne trouverait pas de l’eau à la mer comme le dit si bien l’expression populaire. Ou bien aime-t-elle simplement se moquer de nous depuis une dizaine d’années, comme je le soupçonne ? Je crois que nous ne le saurons jamais.

goddammit-dora_c_1216753

– Où est le pont ? – Juste derrière toi – Vois-tu le pont ? – Mais retourne toi !!

En tout cas, qui aurait cru que Dora puisse abandonner sa coupe de cheveux et sa tenue d’exploratrice pour devenir une héroïne de sitcom Disney ? (Oui ! Hannah Montana, je parle bien de toi !)

dora-growing-up_c_148224

On ne le répétera jamais assez : les enfants grandissent trop vite !

  • Babouche (en VO, Boots)

babouche

Babouche est ce petit singe et le meilleur ami de Dora depuis le jour où elle a empêché Chipeur de chiper ses bottes rouges (qui donnent son nom en en anglais). Babouche a pour lui d’être plutôt mignon avec son ventre et le bout de la queue dorés et ses grosses bottes rouges.

Très dévoué à Dora, Babouche est un peu casse-cou et imprudent. C’est souvent Dora qui doit le rappeler à l’ordre, lorsque Babouche ne fait pas attention et ne regarde pas avant de traverser.

Son rôle est assez limité, se contentant le plus souvent de répéter les instructions ou les mots en anglais de Dora. Il tient plus de la mascotte que du sidekick, encore que certaines mascottes sont dans les dessins animés plus utiles que les sidekicks.

Force est de constater que ces années de dévouement ne lui ont servi à rien, puisqu’il sera jeté comme une vieille chaussette pour être remplacé par une bande de gamins dans la nouvelle série.

  • Sac à dos et la Carte

Backpack_and_Map

Éléments indispensables pour toute bonne exploration, la Carte et Sac à Dos sont sollicités dans chaque épisode pour guider Dora et lui fournir de quoi avancer dans son aventure.

Leur grande particularité, en plus de parler (ce qui est peu banal pour un sac à dos et une carte), c’est leur bilinguisme tendance Mia Frye et leur manie à vouloir chanter tout le temps.

La Carte (The Map pour les intimes) peut montrer n’importe quelle route vers n’importe quel endroit à condition de passer obligatoirement par 3 étapes.

Tandis que Sac à Dos (Backpack in english) est un sac à dos violet dont le mot préféré est « Delicious ! » : son rôle est de recracher les objets qu’il a embarqués, un peu comme Tourniquet, dans la Maison de Mickey, pour aider Dora à passer une épreuve.

Il suffit juste de les appeler pour qu’ils arrivent.

Dans la toute nouvelle série, ils ont fait partie de la charrette de licenciés, remplacés respectivement par une application GPS sur le smartphone de Dora et un bracelet magique. On n’arrête pas le progrès !

  • Chipeur le Renard (Swiper en VO)

chipeur

Demandez à n’importe quel gamin quel est son personnage préféré, il vous répondra très certainement : Chipeur, le renard sournois, le seul renard à ma connaissance qui porte un masque et des gants bleus. Ce cleptomane notoire que l’on voit dans la quasi-totalité de la série est le principal antagoniste de Dora et Babouche.

Son arrivée est souvent annoncée et comme à chaque fois, Dora demande au public de le trouver. (« LÀ, LÀÀÀÀÀÀ !! DERRIÈRE TOI, TRIPLE BUSE !!!! »). Et bien souvent son truc c’est de chiper un objet aux héros.

chipeur arrete de chiper

Le seul moyen de l’en empêcher, c’est dès de lui répéter trois fois « Chipeur, arrête de chiper ! » (« Swiper no swiping ! »).

En effet, sa force de caractère, sur une échelle allant de Son Goku au tennisman français, se situe aux alentours d’un Richard Gasquet. Souffrant d’un manque évident de volonté, il suffit de le surprendre pour l’arrêter. La moindre contrariété le fait renoncer, alors qu’il lui suffit d’y aller quand même et se barrer en courant ! Il abandonne dans un « Ooooooh mince ! » (en VO « Ooooooh man ! ») pathétique suivi d’un claquement de doigt .

Swiper-Saying-Oh-Man-Dora-the-Explorer

« Oh miiiiiiiiince ! »

Il semblerait qu’il soit victime d’une malédiction lancée par une sorcière qu’il a tenté de rançonner : quiconque lui dira « Chipeur arrête de chiper » trois fois de suite pourra stopper ses méfaits.

sticker,375x360

Pourtant il lui arrive (mais très rarement) d’être plus rapide. Il s’enfuit alors en courant pour planquer son butin après avoir dit « C’est trop tard ! (Foi de Chipeur) vous ne le retrouverez jamais ! Gnihihihi ! ». Il faut alors trouver l’objet caché dans le décor.

Il se peut aussi que Chipeur soit dans le camp des gentils, notamment dans un épisode particulièrement mémorable où il aide Dora à retrouver les parents d’un bébé renard qui s’est pris d’affection pour lui.

Chipeur fait partie des grands absents dans la nouvelle série au grand désespoir de ses très nombreux fans.

  • Diego

diego

Diego Marquez est le cousin de Dora, qui est un peu plus âgé qu’elle. Rendez-vous compte, c’est un grand qui est en CE2 ! Sportif et ingénieux, il a tout un tas de gadgets qui l’aident à s’en sortir.

En plus d’avoir sa propre série, Diego est apparu dans une trentaine d’épisodes.

  • Les personnages récurrents

– Le trio Fiesta : Composé d’une grenouille, d’un escargot et d’une sauterelle, le trio Fiesta joue un petit jingle musical pour signaler qu’une épreuve est réussie. Leurs instruments sont respectivement un accordéon, des cymbales et un tambour. Ils sont surtout la preuve que, quelles que soient les substances consommées lors de l’écriture de la série, le fournisseur devait être très bon.

Fiesta

Tico l’écureuil violet  Il s’occupe la plupart du temps des véhicules qu’il conduit avec bonne humeur. Malheureusement il ne parle qu’en anglais (en espagnol en VO) et c’est à nous que Dora (pourtant bilingue) demande de lui parler.

tico

– Vera le Varan (Isa en VO) : Personnalité à problème, Vera a le chic de se mettre dans le pétrin régulièrement.

isa

– Totor le Taureau (Benny en VO) : Taureau bleu un peu pataud qui vit dans une ferme, Totor fait souvent appel à Dora pour résoudre ses problèmes (souvent des quêtes fedex bien connues des joueurs de RPG).

Benny_waving

– Mister Toucan (Señor Tucan en VO) : Toucan bleu, exclusivement anglophone. Il apparaît rarement (surtout dans les épisodes spéciaux) mais sa présence est remarquée.

mister toucan

– Le Lutin Grognon (Grumpy Old Troll en VO) : Comme les trolls dans les contes populaires anglo-saxons et certaines personnes en grande difficulté financière, le Lutin Grognon vit sous un pont dont il bloque le passage à moins qu’on réponde à son énigme. Comme quoi, ce genre d’individus n’existe pas que dans Professeur Layton.

Grumpytroll

– Le Grand Poulet Rouge : Personnage récurrent qui apparaît dès le 1er épisode de la série.

grand poulet


Dora : Nous voilà enfin arrivés à la Montagne ! Vois-tu la motivation de Keyang ?

(…)

Dora : Oui ! Elle est bien là !

Babouche : Attrapons-la vite, Dora !

Dora : OUI !! On a réussi !

C’est gagné, c’est gagné,
We did it ! Yeah !
Yes we did it !
On a traversé la Vallée et échappé aux zombis !
C’est gagné, c’est gagné,
We did it ! Yeah !
On a franchi  le Pont de la Mort et de la Douleur éternelle (Et Babouche a failli y rester !)
C’est gagné, c’est gagné,
We did it ! Hourra !
Après avoir terrassé un Grand Ancien, on est arrivé à la Montagne !
Et enfin Keyang a presque fini son article !
C’est gagné, c’est gagné,
We did it ! Yeah !


Conclusion

Dora l’Exploratrice étant la dernière obsession de mes enfants (de ma fille, pour être précis), je devais écrire quelques mots dessus. D’autant plus qu’il s’agit ici d‘un dessin animé culte, l’une des têtes de gondoles de Nickelodeon (avec Bob l’éponge). Tout le monde en a plus ou moins entendu parler, même sans forcément avoir vu un épisode. Ce qui prouve que malgré ses nombreux défauts (pas très joli, pas très fin, un peu niais et répétitif, complètement halluciné et hystérique), Dora l’Exploratrice fait partie des dessins animés dont on se souviendra et qui marquera une génération d’enfants.

Certes sa longévité exceptionnelle (14 ans de diffusion, 8 saisons et 172 épisodes diffusés) y est pour beaucoup, mais il faut souligner une certaine efficacité pour hypnotiser les gamins. Les mêmes petites séquences rituelles d’un épisode à l’autre font que les enfants ne sont jamais bousculés : on retrouve ses personnages fétiches dans les mêmes rôles (la Carte, le Sac à dos, Chipeur). Comme je l’ai souvent répété : les gamins sont conservateurs et réactionnaires et ce conformisme est rassurant pour les petits qui se cherchent des repères.

D’autant plus que ce dessin animé a tendance à prodiguer des leçons de vie : mettre son casque pour faire du vélo, son gilet de sécurité avant de monter dans un bateau, regarder avant de traverser la rue etc…

Les petites énigmes et les jeux interactifs amusent les enfants et les chansons et la répétition des mots en anglais leur donnent l’impression d’apprendre quelque chose : j’ai surpris ma fille à fredonner la chanson des chiffres et elle a quasiment compté toute seule jusqu’à 8 en anglais comme ça ! De même, elle sait dire please pour demander quelque chose. Ce sont de petites choses mais ça prouve une certaine efficacité dans le mimétisme.

On peut en effet se moquer longuement de Dora : les personnages ridicules, le franglais (ou le spanglish selon le côté de l’Atlantique) ou les séquences complètement idiotes se retrouvent parodiées et moquées dans de nombreux mèmes internet (mon préféré étant un faux trailer d’un film live fait par College Humor). Mais finalement il n’y a que peu de dessins animés pour enfants qui ont ce traitement : à ma connaissance seuls My Little Pony, Friendship is Magic et Bob l’Éponge bénéficient de la même faveur.

Dora l’Exploratrice est un dessin animé pour lequel j’ai au final un avis assez mitigé. Pourtant je dois reconnaître que Dora est un dessin animé qui réussit parfaitement sa mission : distraire les enfants et leur apprendre de petites choses. Mais surtout cette série arrive à se démarquer de la très nombreuse concurrence. Comme quoi, un concept fort vaut toute la 3D du monde !


Dora : Quel a été ton moment préféré aujourd’hui ?

(…)

Dora : Moi aussi j’ai beaucoup aimé !

Babouche : Moi, j’ai adoré quand Dora a chevauché un dragon et arraché l’épée pour réclamer le trône d’Avalon !

Dora : Moi c’est quand on a piloté un X-Wing et qu’on a fait exploser la base secrète des ninjas menés par Chipeur ! C’était en tout cas une aventure passionnante ! J’espère vous revoir bientôt ! Au revoir les amis ! Goodbye my friends ! See you soon !

Publicités

6 réflexions au sujet de « « Dora l’Exploratrice » – Plus fun qu’Assimil, plus efficace que Wall Street English et plus fort que JCVD »

  1. ah ah!! quelle créativité pour cette description wikipedique!!! Marrant car j’ai lu quelques critiques de parents qui ne pouvaient plus voir cette charmante Dora en peinture – sans doute une petite overdose. Chez nous aussi il y eut une période Dora pour notre aîné mais assez rapidement remplacée par la période la Maison de Mickey et Umizoomis (des copies du concept??). En tous cas bravo et merci pour ce moment fort divertissant!

    • Merci pour ce gentil commentaire.

      En fait le gros problème avec Dora, c’est qu’une fois qu’on a vu 2 épisodes, on les a tous vus. Mais le truc, c’est que ça marche. Ceci étant, entre Dora et la Maison de Mickey, je choisis Dora 😀

  2. Mon Dieu, je me rends compte que malgré les multiples interactions avec l’auteur de cet article, j’ai manqué la base, c’est-à-dire allez le lire et le commenter!
    Félicitations pour cet article que j’ai trouvé très drôle, enlevé et plein d’entrain 🙂
    Ca n’était pas chose facile car j’ai bcp de mal avec Dora (sans doute l’absence flagrante d’enfants dans mon foyer pour expliquer ce point), et je ne connais que grosso modo que la parodie avec les drogues et le papillon qu’il ne faut pas lécher (et le double godemichet aussi).

    En tout cas, j’ai bien vu la montagne de la motivation, tout à coup, je sens renaître en moi la conscience professionnelle!

    • Merci 🙂

      En fait pour bien faire, j’aurais bien voulu voir un épisode en VO et en apprendre plus sur le spanglish. Définitivement je ne suis pas de taille pour faire du journalisme gonzo !

  3. Ping : « Dora and Friends – Au coeur de la ville  | «Tu auras les yeux carrés

  4. Ping : « Hé, Oua-Oua  – C’est l’heure du Oua-câlin ! | «Tu auras les yeux carrés

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s