[Expédition familiale] « La Reine des Neiges » karaoké au Max Linder

Je vous ai déjà parlé dans un précédent article des Matinées au Max Linder. Le principe génial était, pour ceux qui auraient la flemme de (re)lire ce fabuleux article, d’initier les enfants aux joies du cinéma avec des séances spéciales qui leur sont réservées. Mais malheureusement faute d’un public suffisant, ces matinées n’existent plus.

Les organisateurs (qui continuent à faire des nuits entières de projections de films cultes) avaient expliqué qu’ils reviendraient sûrement de façon ponctuelle pour les enfants. A chose promise, chose due, avec une belle surprise pour les enfants pour les fêtes de fin d’année: une soirée Reine des Neiges le 26 décembre 2014 à 19h. Mais pas n’importe laquelle ! Une version karaoké avec possibilité de monter sur scène pour chanter les plus grands titres pour les plus accros et les plus motivés.

reinedesniegeskaraoké

Je ne vais pas faire ici un article sur la Reine des Neiges. Sachez qu’en gros, c’est le plus grand succès de Disney Animation de tous les temps et que les enfants qui le regardent ne sont plus les mêmes après. A croire que les labos clandestins de Disney ont réussi à développer la drogue ultime, celle qui leur permettra de contrôler mentalement des armées d’enfants zombis au rythme de Libérée, Délivrée…. Mais je m’égare…

La Reine des Neiges pour les Nuls

Petit rappel pour ceux qui y auraient échappé. En gros, ça raconte l’histoire de deux sœurs, Elsa et Anna, toutes deux les filles du Roi et de la Reine du royaume d’Arendelle.

la-reine-des-neiges

La première (la fameuse Reine des Neiges) a depuis toujours des pouvoirs magiques sur la glace et la neige, mais qui deviennent dangereux et incontrôlables dès qu’Elsa a peur ou qu’elle est triste ou en colère. Suite à un accident où elle blesse Anna, sa petite sœur, ses parents n’ont pas trouvé meilleure idée que de l’enfermer et de l’isoler du monde extérieur.

Bref, les névroses d’Elsa empirent quand ses parents disparaissent en mer, qu’elle doit monter sur le trône et que sa sœur fait une crise d’adolescence en voulant se marier avec Hans, un vague prince et qui est probablement le premier garçon avec qui elle a échangé plus de 2 mots de sa vie. C’en est trop pour Elsa qui laisse échapper ses pouvoirs qui plongent tout le royaume dans un hiver éternel. Elle s’enfuit et se réfugie tout en haut de la Montagne du Nord où après s’être libérée, délivrée (et construite un beau palais de glace), elle espère pouvoir rester seule loin des gens qu’elle pourrait blesser et être elle-même. Sûrement le passage le plus émouvant et le plus puissant du film, mais qui à force de le voir et d’entendre la chanson, a fini par me sortir par les yeux. Vraiment dommage !

tumblr_mxkb1tu38O1s8kxvlo4_250

Se libérer et se délivrer passent par un changement de garde-robe et par le bling-bling. Cristina Cordula serait si fière de toi, ma chérie !

Pendant ce temps, comprenant alors pourquoi sa sœur agissait ainsi depuis toutes ces années, Anna part à sa recherche en espérant la ramener et la convaincre de faire revenir le beau temps (prenant le risque de la replonger dans sa dépression mais passons).

Sur sa route, Anna va croiser Kristoff un marchand de glaçons (dont le CA est en chute libre depuis que n’importe qui peut en ramasser juste en sortant de chez lui), Sven son renne, un village de trolls qui jouent les entremetteurs ainsi qu’Olaf un bonhomme de neige qui ne rêve que de chaleur et de soleil…

S’ensuivent pleins d’aventures exaltantes, de retournements de situations (ah Hans !!) et de chansons entêtantes que les enfants vont vite vouloir chanter à pleins poumons. La magie de Disney, quoi ! Avec des princesse modernes attachantes, des mascottes rigolotes. Et tellement de mauvais choix parentaux !

Et dire que rien de tout cela ne serait arrivé, si Elsa avait été choyée et entourée. Pensez-y la prochaine fois que vous reverrez ce film !

Et dire que rien de tout cela ne serait arrivé, si Elsa avait été choyée et entourée par des parents un peu moins obtus. Pensez-y la prochaine fois que vous reverrez ce film ! Quand je pense qu’on veut faire d’Elsa une princesse forte et moderne qui n’a pas besoin de prince charmant, alors que c’est juste une victime d’une éducation parentale à la ramasse.

La Reine des Neiges mais en karaoké !

Pour reprendre ce que je disais dans un précédent article, être parent c’est savoir faire des sacrifices pour faire plaisir à ses enfants. Comme payer 24 € (2 billets adultes et 2 billets enfants) pour les emmener dans le froid de l’hiver (ça tombe bien, c’est presque dans le thème du film), voir un film qu’on a déjà vu au moins 13491 fois. Toute la famille des Yeux Carrés était donc de sortie, ce soir du vendredi 26 décembre. Comme les enfants étaient invités à venir déguisés, nous avions mis la belle robe d’Elsa que Madame Yeux Carrés avait confectionnée pour ma fille (qui était, objectivement et de loin, la plus belle de la soirée, mais là aussi je m’égare).

Nous étions arrivés (en même temps qu’une amie et ses deux filles) 25 minutes avant le début de la séance et il y avait déjà une file d’attente assez importante qui attendait dans le froid mais dans une bonne ambiance : les enfants s’amusaient pendant que les parents pestaient contre la météo pourrie et se demandaient pourquoi il y a une queue parallèle, rah la bande de grugeurs ! L’ouverture des portes s’est faite 10 minutes avant le début du film, sans problème et les enfants ont eu la belle surprise d’avoir des petits paquets de bonbons distribués par les organisateurs, venus également en famille profiter de la soirée.

wpid-img_20141226_184146.jpg

Nous sommes montés à la mezzanine (où on a une vue formidable sur l’écran) déjà bien remplie, mais une belle rangée semblait nous attendre. Bien qu’elle ait elle aussi une belle petite place (qu’on a rehaussée avec la pile de manteaux), ma petite Reine des Neiges avait préféré passer la séance sur mes genoux totalement fascinée par l’écran.

wpid-img_20141226_191106.jpg

Il faut dire que la séance était très agréable. Alors que nous étions habitués à le voir en boucle sur un écran de télé, nous avons redécouvert le film avec une excellente qualité d’images, remarquant de nouveaux détails qui nous avaient échappé alors que nous connaissions le film par cœur. Ce film est impressionnant sur grand écran.

Si le public était plutôt timide sur la toute première chanson, il devient très vite chaud bouillant lorsque les premiers petits chanteurs en herbes apparaissent sur scène. Si les petits sont plutôt mignons et motivés, il faut reconnaître qu’ils chantent affreusement mal. Le paroxysme est atteint lors de la fameuse chanson Libérée, Délivrée où la scène est littéralement assaillie par une bonne trentaine d’Elsa et d’Anna (ainsi qu’un Hans et des chevaliers), hurlant au qui mieux mieux, sous les yeux et flashs attendris des parents.

Un beau moment, il faut l’avouer. Dommage que les enfants armés de micros couvraient l’ensemble de cette joyeuse chorale improvisée. Et que les micros soient restés ouverts entre 2 tours de chants, créant un écho assez désagréable.

Un mot sur la copie projetée, c’est une version HD sing-along (sortie en DVD et blu-ray aux USA en novembre mais pas encore annoncée en France, alors que visiblement elle existe). J’en profite pour râler un peu sur la pauvreté des bonus du DVD de la Reine des Neiges, où il n’y a aucune trace des chansons cultes du film en accès direct. Ce n’est pourtant pas un bonus difficile à implémenter. D’autant plus que ces bonus existaient pour les précédents films Disney. C’est honteux.

Impressions et avis

La séance était vraiment sympa. Certes, même s’ils étaient très mignons, les enfants chantaient très très mal. D’autant plus que la plupart des gamins sur scène étaient plus intéressés à courir partout et à faire du toboggan sur la petite pente qu’à chanter. Mais il y avait une joyeuse effervescence et une bonne ambiance assez attendrissante.

Cependant, le film que nous avons pourtant vu ad nauseam reste agréable surtout projeté dans une aussi belle salle. Ce n’est pas le Disney récent que je préfère (j’ai mieux aimé Raiponce), mais il y a de beaux moments et de belles émotions.

Cependant deux trucs m’ont un peu gâché l’expérience : le premier, c’est la mauvaise idée des micros. Ceux qui les avaient couvraient trop la salle qui a du coup cessé de chanter. Sans parler des micros ouverts vers le dernier tiers du film.

La deuxième chose qui m’a sorti du film et de l’ambiance n’a rien à voir : c’était Fiston qui avait décidé d’être pénible ce soir-là, se plaignant d’avoir chaud, d’avoir soif, d’avoir les mains qui collent à cause des bonbons ou voulant le jouet qu’il avait emmené et qui était évidemment tout au fond du sac.

C’est d’autant plus dommage que sa petite sœur était super contente d’être là. C’était la première fois que ma fille allait au cinéma et elle a visiblement adoré. Elle m’a impressionné. Elle a été exemplaire et n’a pas bronché de toute la séance, totalement absorbée par le film. Elle en est ressortie avec les yeux qui brillaient (pas seulement à cause de la fatigue oculaire).

Le but des organisateurs a été atteint : après cette première expérience, c’est certain : j’emmènerais plus souvent ma fille au cinéma !

Advertisements

2 réflexions au sujet de « [Expédition familiale] « La Reine des Neiges » karaoké au Max Linder »

  1. N’oublions pas non plus que le marchand de vêtements de neige a suscité une polémique gay (car en coup de vent, on pourrait penser qu’il est gay mais c’est pas sûr, encore que, blablabla) et qu’un autre beau moment c’est « l’amour c’est un gâteau » (non non non pas un cadeau mais bel et bien un gâteau).
    I am not that perfect girl anymore.
    Mais n’empêche c’est l’autre qui n’a pas besoin d’un garçon pour être sauvée, non?
    Et puis Kristoff il est trop bon (il a un gros nez, c’est un bon point)

    • Que l’amour soit un gâteau ou un cadeau, ça a moins de sens que le titre VO de la chanson « Love is an open door » 🙂

      Je suis d’accord pour Anna qui est psychologiquement tout aussi perturbée. D’ailleurs gros spoiler, la signification du geste d’amour sincère est particulièrement intéressante. L’interprétation que les personnages en ont vient après tout des autres trolls, soit disant des spécialistes de l’amour. Jamais le vieux sage n’a parlé de rouler une galoche à Hans ou un autre et encore moins que ça concernait qu’Anna.

      Bref, tout ce film n’est qu’un vaste quiproquo et de mauvaise interprétation. C’est tragique !

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s