« Mike le Chevalier » – Le Chevalier du Ni(ais)*

Vous devez le savoir aussi bien que moi : les enfants sont versatiles. Ils ont des phases et des lubies comme les petites voitures, les poneys, les Power Rangers ou encore Pokémon ou la Reine des Neiges. Depuis peu, mon fils est dans une phase « chevalier ».

Mais s’il y a beaucoup livres sur ce sujet, les chevaliers sont moins à la mode que les pirates ou les ninjas. Il n’y a en effet que peu de films actuels qu’il peut voir et encore moins de dessins animés sur ce thème. Le seul qui en parle vraiment est un petit dessin animé tout mignon mais terriblement niais et antipathique, Mike le Chevalier, dont il sera question ici.

Notez ce sourire béat qui ne quittera jamais le personnage !

Ce sourire béat qui ne quittera jamais ce personnage !

Fiche technique

Mike le Chevalier est un dessin animé en animation 3D, co-produit par les Britanniques de HiT Entertainment (Thomas le Petit Train, Sam le Pompier ou encore Bob le Bricoleur) et les Canadiens de Nelvana (Babar les Aventures de Badou, Franklin la Tortue mais qui a aussi co-produit l’excellent dessin animé de Tintin par le passé) surtout connu aujourd’hui pour avoir les licences Bakugan et Beyblade.

C’est un dessin animé destiné aux « pré-scolaires » (comprendre « les enfants avant l’école primaire »), qui a été diffusé pour la première fois en 2011 sur Treehouse TV (une chaîne canadienne pour enfants ), CBeebies (la chaîne enfants de la BBC pour la Grande-Bretagne) et Nick Jr. (une chaîne du groupe Nickelodeon aux USA). Il passe en France sur TF1 sur TFou qui diffuse depuis la rentrée la saison 2.

Cette série compte donc aujourd’hui 2 saisons de 52 épisodes. Comme la plupart des dessins animés anglo-saxons que j’ai déjà évoqués, les épisodes d’une durée initiale de 24 minutes sont composés de 2 histoires distinctes de 12 minutes. Et c’est sous le format 12 minutes que cette série est diffusée chez nous.

Techniquement, ce dessin animé est plutôt propre, coloré et mignon malgré un aspect très plastique et des visages un peu figés.

Mike et ses meilleurs copains

Le graphisme très rond et coloré rappelle beaucoup des jouets en plastoc pas chers (ce qui est loin d’être le cas des jouets officiels).

La VF est honorable comme souvent (avec des chansons bien adaptées) mais j’ai beaucoup de mal avec la voix de Mike que je trouve mal jouée et peu convaincante par rapport aux autres personnages (mais qui paradoxalement convient bien au personnage de Mike qui est très agaçant).

De quoi ça parle ?

Comme pas mal de dessins animés destinés aux très jeunes enfants, les thèmes des épisodes sont relativement anecdotiques et il n’y a aucun fil rouge qui relie les épisodes. Les épisodes de Mike le Chevalier ont invariablement la même structure :

– Chaque épisode commence par une petite chanson de Fernando, le troubadour, qui donne le thème de l’épisode.

– Mike a une idée lumineuse pour être un chevalier « fort et brave ».

– Pour accomplir, sa mission du jour, Mike enfile son armure et saute sur sa monture un peu à la manière d’Actarus dans Goldorak en passant par un toboggan (ou comme Wallace et Gromit). Il dégaine son épée magique qui prend alors la forme d’un objet farfelu mais qui sera utile dans l’épisode (un plumeau, une pelle à tarte ou encore une canne à pêche).

– Mike s’aperçoit que ce qu’il a tout fait de travers et que ses actions n’étaient jusqu’à présent pas très chevaleresques.

– Il prend conscience de ses erreurs et demande l’aide de ses amis pour les réparer.

– Retour du troubadour qui conclut l’épisode par une chanson et la morale de l’histoire.

Il y a un côté très moralisateur que l’on retrouve dans Thomas le Petit Train. Ces deux dessins animés ont quasiment la même structure : le personnage principal vaniteux et désobéissant fait une bêtise qu’il devra réparer avec l’aide de ses amis qui lui pardonnent ses erreurs.

Mais comme on le verra, Mike le Chevalier est un personnage assez détestable et puant, alors que Thomas et ses potes ont un côté attachant.

Personnages

  • Mike
Mike_the_knight

Je me suis toujours demandé comment Mike peut se balader avec une armure qui doit peser 3 fois son poids.

Mike est le héros de ce dessin animé. C’est le prototype du petit garçon enthousiaste qui aspire à être un chevalier parfait, « fort et brave » qui viendrait en aide à ceux qui sont en difficulté.

Malheureusement dans les faits, Mike est surtout un gamin insupportable, atteint d’hyperactivité pathologique, niais et puant d’orgueil. Sans parler du fait qu’à la manière d’une certaine classe politique très réactionnaire, Mike accuse systématiquement ces voleurs de poules ces étrangers qui nous volent notre travail les Vikings au moindre problème, alors qu’ils ne demandent rien à personne.

"Mais non je ne suis pas raciste, mon meilleur ami set un troll !"

« Mais non je ne suis pas raciste ! D’ailleurs j’ai un ami black troll ! »

Cet apprenti-chevalier n’a étrangement pas de professeur ni même aucune formation ou enseignement. Mike est un amateur qui se prend pour un pro.

Je crois que c’est la première fois que le personnage principal d’un dessin animé pour les pré-scolaires me sort autant par les yeux.

  • Galahad
galahad

Tel cheval, tel cavalier avec le casque et la mèche assortis !

Galahad est la fidèle monture de Mike. Bien qu’il désapprouve très souvent les décisions de son cavalier, Galahad (syndrome de Stockholm ?) le suit aveuglément. Ce qui est prouve, malgré tout ce qu’on peut dire, que les chevaux sont loin d’être les animaux les plus intelligents du monde.

  • Elvie
Valdragon étant un coin très cool,

Elle n’a pas dû comprendre qu’il ne fallait pas garder le choixpeau !

Elvie est la petite sœur de Mike. C’est une apprentie-sorcière, qui comme son frère est une autodidacte. Et comme son frère, elle est persuadée d’avoir toujours raison et d’être très douée : en effet, pourquoi s’embêter à être chevaleresque alors qu’un bon coup de baguette magique peut régler n’importe quel problème ? Mais comme son frère, elle aurait bien besoin d’une formation accélérée : toutes ses tentatives pour faire de la magie se soldent par un désastre.

En bonne sorcière, Elvie a une baguette magique (aussi défectueuse que son talent) ainsi qu’un crapaud apprivoisé, Monsieur Câlin, qu’elle balade dans sa besace.

Son nom en VO est Mr Cuddles, si un lecteur pouvait me donnait son nom français, ça m'éviterait de revoir des épisodes !

Monsieur Câlin, personnage assez fabuleux (sûrement parce qu’il ne parle pas).

  • Flammèche et Azul

sparkie azul

Flammèche et Azul sont deux dragons. Le premier crache du feu et le deuxième est une sorte de tuyau d’arrosage ambulant. Ils sont les meilleurs amis de Mike. A ce titre, ils aident Mike dans ses missions pour devenir un « chevalier fort et brave ».

Un peu comme le cheval, ils ne sont pas toujours d’accord avec les idées de Mike. Mais ils ne sont pas pour autant de bon conseil.

Malgré tout, ils restent les personnages les plus sympas de la série

  • La Reine Martha

Queen

La Reine Martha est la mère de Mike et d’Elvie. En l’absence de son Royal Mari, elle s’occupe du royaume. C’est apparemment un boulot plutôt peinard, vu qu’à part s’occuper de ses deux corgis, Yip et Yap (deux sacs à catastrophes assez redoutables), la Reine Martha n’a pas grand chose à faire de ses journées. Pas même s’occuper de ses enfants qui mettent le souk à Valdragon.

  • Trollie

trollee

Trollie rêve de devenir un chevalier comme son copain Mike qu’il admire. Il me rappelle un peu Petit Poâ, le copain faire-valoir de Samsam (le statut de réfugié politique en moins) : il ne sert à rien, sinon répéter à longueur de temps à quel point Mike est un chevalier formidable.

C’est l’enfant unique de Papa et Maman Troll, un couple modeste mais aimant qui voue une passion sans borne au ragoût de navets.

maAndPaTroll

Papa et Maman Troll

  • Les Vikings
MikeVikings630

Mike contre les petits sauvageons de VIkings

Enfin quand on dit les Vikings, il ne faut pas s’attendre à une horde sanguinaire ! Il s’agit en fait plus d’une joyeuse troupe d’acrobates qui adorent jouer et s’amuser. Certes, ce sont des étrangers qui sourient tout le temps, parlent de façon bruyante un sabir incompréhensible et portent des vêtements bizarres. Mais ils sont relativement inoffensifs.

"Mais non, ma chérie ! Le casque à pointe n'est plus du tout fashion ! Et la cape en fourrure ne va pas avec ta morphologie en 8 !" Mike ou la fashion police

« Mais non, ma chérie ! Le casque à pointe n’est plus du tout fashion depuis 1066 ! Et la cape en fourrure ne va pas du tout avec ta morphologie en 8 !« 

Mais est-ce une raison pour que Mike les prenne constamment en grippe ? Les Vikings sont en effet les principales têtes de turc du très « chevaleresque » Mike, même si ce dernier finit par reconnaître ses erreurs et s’excuser du bout des lèvres.

  • Fernando le troubadour
Fernando et son luth électrique

Fernando a le groove

Fernando n’est pas à proprement parlé un personnage principal de ce dessin animé mais il a un rôle important malgré sa présence réduite à l’écran. C’est en effet lui qui sert de narrateur à la manière du coq troubadour, Adam de la Halle, dans le Robin des Bois de Disney. Il introduit le thème de l’épisode et donne la morale de l’histoire en chansons.

Avis et critiques

 Ça faisait longtemps que je voulais écrire un article sur Mike le Chevalier. Mais je ne savais pas comment aborder ce dessin animé sans devenir violent. Car malgré ses jolies couleurs et ses personnages ronds et mignons, cette série est antipathique et détestable. J’ai déjà émis beaucoup de critiques négatives pour des trucs aberrants comme Sam le Pompier mais malgré sa bêtise et ses messages de prévention aberrants, j’ai une certaine affection pour Sam et son village de demeurés (je rappelle : il y a 4 pompiers pour un village de 10 habitants). Pas seulement parce que c’est (avec Ninjago) le dessin animé préféréde ma fille qui me réclame quotidiennement sa dose de « pimpon papa ! pimpon !« . Mais parce qu’au fond, les personnages de Sam sont plus bêtes que méchants (même l’inénarrable Nicolas Prime) et qu’on peut en rire !

Le souci avec Mike, c’est qu’il n’a rien d’attachant. Et le format du dessin animé fait qu’il n’évolue pas et n’apprend pas de ses erreurs. Il est toujours prêt à sauter sur les Vikings. On ne fera pas croire qu’il n’y a pas une certaine xénophobie dans l’attitude de Mike, qui malgré ses excuses, recommencera à accuser les Vikings et à les attaquer dans l’épisode suivant. Pour un dessin animé qui se veut éducatif, c’est un aspect que je trouve repoussant. Mais je me focalise peut-être un peu trop sur ce point.

Certes, on peut reconnaitre parmi les qualités de ce dessin animé un dynamisme et une patte graphique assez sympa, mais les histoires sont très niaises. Il y avait pourtant de quoi faire une série sympa pour les petits avec de la magie et des dragons !

Dommage que le seul dessin animé qui a pour thème les chevaliers soit aussi peu réussi et attachant !

 


* 10 points pour celui ou celle qui aura pigé le jeu de mots dans le sous-titre 🙂

 

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements

7 réflexions au sujet de « « Mike le Chevalier » – Le Chevalier du Ni(ais)* »

  1. Moi je pense que tu pourrais faire des articles transculturels sur la morale des dessins animés selon leur origine. Genre la morale de l’Inspecteur Gadget dans mes souvenirs, c’était très con genre, ne te mets pas la tête dans le four quand il est allumé.
    En revoyant Community, je me suis rappelé qu’il y en avait aussi dans les dessins aniéms américains genre Jem et les hologrammes ou GI Joe ou Transformers (c’était encore plus bête il me semble), sans parler de Captain Planet.
    Ce qui me fait rebondir sur autre chose, le soft power! Je me rappelle un documentaire un jour sur les dessins animés japonais où une nana disait que plus grave que la violence supposée ou le sexe, c’était l’instinct de sacrifice de l’individu pour le groupe en tant que message véhiculé par les dessins animés japonais, qui était dangereux pour nos chers têtes blondes… (papa, maman, demain je prends l’avion pour partir en Syrie faire la guerre sainte comme dans Saint Seiya).
    Qu’en penses-tu? 🙂

    • La vache ! Je ne sais même pas par quoi commencer :’D

      Il y a toujours eu des leçons de morale et/ou de prévention dans les dessins animés. C’est plus ou moins bien fait et subtil. Dans les vieux dessins animés dont tu parles, les leçons de morale tombent un peu comme un cheveu dans une soupe, à la fin de l’épisode qui n’a souvent rien à voir.

      J’ai l’impression que c’est assez différent avec les dessins animés actuels où le message est dilué dans l’épisode : ainsi dans Sam le Pompier, on apprend qu’il est dangereux de poser un drap sur une citrouille d’Halloween allumée ou encore qu’il ne faut pas jouer à s’enterrer sur une plage alors que la marée monte. Dans Thomas, c’est aussi dans l’épisode et dans Mike, la petite chanson de fin du troubadour ne fait que souligner le message de l’épisode en rappelant par exemple les vertus de l’amitié ou du partage, mais c’est tout. En gros, je trouve que moins lourdingue et moins explicite et démonstratif qu’il y a 20 ans. Mais je me trompe peut-être.

      Ne regardant au final que très peu de DA japonais, le sens du sacrifice n’apparaît finalement que très peu dans les programmes pour les pre-school que je connais. Et puis, on sait tous les deux que c’est une notion très japonaise, alors que les DA anglo-saxons insistent plus sur les valeurs de l’amitié mais également sur une certaine forme de conformisme social (rester dans les rails comme Thomas le Petit Train ou suivre un idéal de chevalier parfait).

      C’est bon ? J’ai bien compris ta question ? 🙂

  2. Les Chevaliers du Ni => Monty Python. 😉
    Excellent. Je me marre !!! Le syndrome de Stockholm et le statut de réfugié politique… Lol !! J’ai jamais vu Mike le Chevalier et après ton article j’ai pas trop envie de brancher loulou devant. En ce moment, c’est Robocar Poli le grand gagnant du mini. Donc on va continuer là dessus. 😉

  3. Mince, j’arrive en retard (Serpentard) pour gratter les 10 points…
    Super billet, avec une interrogation : peut-on considérer la méfiance systématique de Mike vis-à-vis des vikings comme un ressort scénaristique volontaire visant justement à inciter le jeune public à remarquer le mal-fondé d’une telle attitude ? Ou alors les scénaristes sont vraiment cons ?

  4. Ping : [Petit test] "Netflix" – Avoir les yeux carrés à la demande ! | Tu auras les yeux carrés

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s