« Nos voisins les Marsupilamis » – Bienvenue en Palombie ! (Houba !)*

Ce qu’il y a de formidable avec la télé, ce sont les occasions de voyager par procuration comme on a pu le faire avec l’article précédent. Mieux ! On y découvre non seulement des contrées lointaines et exotiques, mais également des animaux rares et pittoresques.

Grâce aux dessins animés, j’ai ainsi pu vous faire rencontrer des lapins kleptomanes, de moutons espiègles, de dinosaures curieux, d’une famille de cochons hilares, d’un tigre très poli qui va faire pipi au petit coin ou encore d’une tortue à poil sans carapace. Mais jusqu’alors, nous n’avons rien vu d’aussi mythique et étrange que le roi de la jungle de Palombie, l’extraordinaire Marsupilami qui est le héros de nombreux dessins animés, dont le dernier en date, Nos Voisins les Marsupilamis, sera l’objet de cet article.

marsu0

Présentation

Nos Voisins les Marsupilami est la dernière à ce jour, basée sur le personnage du Marsupilami, créé par Franquin en 1952 dans l’album Spirou et les Héritiers avant de revenir dans plusieurs autres tomes. La popularité de ce personnage est tel qu’il aura sa propre série à partir de 1987, dont le premier tome est scénarisé par Greg et dessiné par Batem.

Nos Voisins les Marsupilami est, après Marsupilami (2000), Mon ami Marsupilami (2003), Houba houba Hop ! (2009-2011). Il s’agit donc de la 4ème série de la franchise datant de 2012. Il s’agit d’une production française de SAMKA Productions (qui réalise Jamie a des tentacules qui passe en ce moment dans Ludo). Il compte 26 épisodes de 23 minutes pour le compte de France 3 dans son émission Ludo (où ils sont actuellement rediffusés).

C’est un dessin animé en animation 2D traditionnelle qui n’est pas particulièrement inoubliable même si c’est plutôt fidèle aux codes graphiques des bandes dessinées.

On suit les aventures d’une famille qui s’est installée au fin fond de la Palombie et qui découvre des voisins pour le moins inattendus : une famille de Marsupilami, d’étranges créatures encombrantes mais sympathiques.

Personnages

Le Marsupilami

Le-Marsupilami

Le Marsupilami est un animal extrêmement étrange. Le Marsupilamus fantasii vit dans la jungle palombienne. Il mesure environ 1 mètre, il est reconnaissable par son pelage jaune à tâches noires, un peu comme les panthères (d’ailleurs, certains marsupilamis peuvent avoir un pelage entièrement noir). Mais l’élément le plus remarquable c’est sa très longue queue préhensile qui peut atteindre 8 mètres à l’âge adulte. Cette longue queue lui sert à attraper des objets mais aussi à se défendre en le transformant en boulet.

Il semble avoir son propre langage qui repose sur une variation des sons « hou » et « ba », la femelle s’exprime quant à elle à base de « hou » et de « bi » tandis que les petits ne sont limités que par le « bi ».

Comment il fait pour défaire le noeud au bout de sa queue (alors que je galère avec le fil de mon casque ) reste un mystère même pour les plus grands biologistes !

Comment il fait pour défaire le noeud au bout de sa queue (alors que je galère avec le fil de mon casque ) reste un mystère même pour les plus grands biologistes !

Le Marsupilami est omnivore (même si sa préférence va surtout vers les fruits et les piranhas) et ovipare (malgré un nombril). De nature très joueuse, rieuse et parfois naïve, il sait cependant se montrer extrêmement féroce et dangereux dès que sa famille ou ses amis sont menacés. Il est en effet doté d’une forcé herculéenne et arrive à mettre en déroute les jaguars les plus redoutables et les braconniers les plus vicieux.

Madame Marsupilami

Parce qu'elle le vaut bien !

Parce qu’elle le vaut bien !

Madame Marsupilami est une créature coquette et délicate, toujours bien apprêtée. Elle se distingue de Monsieur Marsupilami par plusieurs choses : le long cheveu sur sa tête en spirale et une fourrure plus claire au niveau de la poitrine. C’est sûrement l’un des rares animaux dans la nature (avec la blogueuse mode) à porter une fleur sur la tête. A noter aussi sa drôle de façon de marcher sur la pointe des pieds en faisant de petits pas.

Sûrement abonnée à Marie-Claire Maison, elle passe beaucoup de temps à aménager et à décorer le nid familial de fleurs et de plumes.

Valérie Damidot approved !

Valérie Damidot approved !

N’étant plus à un cliché près, Madame Marsupilami est extrêmement jalouse des autres femelles qui traîneraient autour de son mâle, devant tour à tour dépressive (il ne manquerait plus qu’elle traîne en jogging en se baffrant de glace) ou une furie hystérique.

Les bébés Marsu

Les-bebes-Marsupilamis

Notre couple de Marsupilamis a trois petits : Bibi la fille toute jaune, Bubu avec le cheveu en spirale comme Maman et Bobo qui est tout noir. Des sacs à bêtises sur pattes qui adorent se mettre dans des situations pas possibles.

Les petites caille-ra de la Palombie qui dealent du piranah dans la clairière.

Les petites caille-ra de la Palombie qui dealent du piranah dans la clairière.

Très étrangement c’est Bobo le renoi (encore un cliché ?) qui est très souvent mis en avant dans le dessin animé comme étant le meneur.

Bernard Vanderstadt

Bernard

Bernard, l’improbable croisement entre Daktari et Nigel Delajungle

Ce brave vétérinaire a décidé en dépit du bon sens de s’installer avec sa famille au fin fond de la jungle palombienne. Mais sa femme Caroline, trop occupée par son travail (ou son sens de la réalité), ne les a pas rejoints.

Si on peut lui concéder un certain talent de bricoleur (la maison au milieu de la jungle regorge de petits gadgets sympas) et une grande conscience professionnelle, il n’en reste pas moins un homme un peu distrait. C’est le genre de papa cool, non pas par principe, mais au choix : soit parce qu’il est trop lâche pour s’opposer à qui que ce soit, soit parce qu’il s’en fout ! « Mais oui ma chérie, tu peux emmener ta petite soeur de 18 mois au milieu de la jungle avec un orang-outan sauvage! » « Mais bien sûr Fiston que tu peux jouer avec des fusées dans la réserve de bois ! ».

Sarah Vanderstadt

Sarah

Sûrement le personnage d’ado le plus réussi parce qu’énervante à souhait !

Sarah, pure rat des villes, est l’aînée des enfants Vanderstadt. C’est une ado comme on les imagine facilement : rabat-joie, râleuse, jamais contente et perpétuellement accrochée à son téléphone ou son ordinateur (à noter que le réseau 3G de la Palombie est bien meilleur que celui de Free à Paris). Si les auteurs étaient allés au bout de leurs idées, Sarah serait sûrement une goth emo, mais la chaleur tropicale de la jungle palombienne ne devait pas être très compatible avec le trench en cuir noir ni avec les bottes cloutées.

Certainement la plus pragmatique de tous, elle supporte mal le squat des Marsupilamis qui s’invitent sans arrêt dans leur maison. Mais à son grand désespoir, elle est bien la seule à s’en inquièter.

 

Iris Vanderstadt

Iris

Ce personnage me perturbe parce que son prénom m’évoque avant tout une petite fille joufflue qui adore le chocolat.

Iris est la deuxième enfant de la famille. En plus d’avoir un prénom magnifique (qui est celui de ma fille, d’où son petit surnom de Godziris), Iris est clairement définie comme l’héroïne de ce dessin animé : sous ses airs de garçon manqué, elle est la plus courageuse et la plus maligne de la famille mais surtout elle a ce pouvoir unique qu’ont tous les héros de dessins animés : elle a toujours raison. Ce qui en fait un personnage un peu agaçant à la longue.

Elle est celle qui s’entend le mieux avec les Marsupilamis. Elle est souvent accompagnée par Isidore dans ses aventures.

marsu01

Isidore Vanderstadt

Isidore

Fox Mulder, attention ! Isidore est dans la place !

Seul garçon de la fratrie, Isidore est de fait le petit chouchou de Papa. Il faut avouer que c’est son portrait craché : roux, grassouillet et avec des lunettes. Isidore est un petit garçon à l’imagination fertile mais très exclusif : probablement grand lecteur de Parano Magazine, il est en effet obsédé par les invasions aliens qu’il tient responsables pour tout ce qui peut arriver de travers. Il n’a pas plu depuis 2 mois ? Les ET ont irradié l’atmosphère pour nous affaiblir ! Les toilettes fuient ? A coup sûr, un complot extra-terrestre ! Sa soeur a une gastro ? Encore un coup des aliens qui avec le sabotage des WC fait partie d’un plan d’envergure ! Tout est lié !

Hey ! Regardez ! Il y a une bestiole qui lui sort du ventre ! UN ALIEN, je vous dis !

Hey ! Regardez ! Il y a une bestiole qui lui sort du ventre ! UN ALIEN, je vous dis !

D’aucuns le trouveraient un peu original, perso je le soupçonne au mieux d’être atteint du syndrome d’Asperger au pire d’être autiste.

Zoé Vanderstadt

Zoé

Zoé passera son temps à se faire nourrir et laver les fesses. Ça rappellera des souvenirs aux nombreux parents qui me lisent !

Zoé est la petite dernière. N’étant encore qu’un bébé, son rôle et ses interactions sont assez limités. Elle se contente les 3/4 du temps à chouiner parce qu’elle a faim ou a la couche sale, ce qui en fait le personnage le plus crédible du dessin animé.

On remarquera qu’avec Sarah en brune, Iris en blonde et Zoé en rousse, les sœurs Vanderstadt font penser aux Totally Spies (ou mieux aux Supernanas !)

Bring M Backalive (je vous laisse traduire traduire le jeu de mot, qui doit être excellent parce que je n’en suis pas l’auteur)

Backalive

Avec sa tête de champion, on devine aisément dans quel camp se trouve ce personnage.

Auto-proclamé « le plus grand chasseur des cinq hémisphères », Backalive (prononcé Bakalaïve) est complètement obsédé par la chasse aux marsupilamis. Bien entendu, il est très loin d’être aussi doué qu’il le prétend, pour rester poli.

C’est aussi un personnage récurrent qu’on retrouve dans toutes les adaptations de la franchise.

 Avis et critique

 Je ne sais pas pourquoi mais j’ai un problème avec ce dessin animé. J’aurais tellement voulu l’aimer mais je n’y arrive pas. Tout d’abord, je l’ai déjà évoqué, l’animation n’est pas vraiment belle. Les dessins (qui rappellent certes ceux des BD), à l’exception de certains décors plutôt jolis, sont tout juste passables sans âme ni identité propre.

marsu02

En fait le principal gros souci avec ce dessin animé, c’est qu’il a un vrai problème de rythme : c’est lent, mou et beaucoup trop contemplatif pour un dessin animé destiné aux enfants. La mise en place prend trop de temps. Les épisodes (qui durent 23 minutes) gagneraient énormément à ne durer qu’une dizaine de minutes.

J’ai le sentiment que cette série n’arrive pas m’atteindre. Je n’arrive pas à m’attacher aux personnages. Pourtant l’héroïne a le même prénom que ma petite princesse et le Marsupilami est une bestiole plutôt sympa et charismatique. Mais ça ne colle pas. Ce dessin animé rappelle un peu La Famille Delajungle que les moins jeunes d’entre vous doivent connaître. On a le même principe d’une famille de citadins qui s’installe dans une jungle, avec une grande sœur ado complètement récalcitrante, la petite soeur enthousiaste et un père je-m’en-foutiste. Sauf qu’ici les personnages sont mal écrits, trop dans le cliché. Bernard est complètement à côté de la plaque et n’a pas le sens des réalités, Sarah est une ado insupportable comme on aime les détester, Isidore est agaçant au possible avec ses lubies, Iris devient pénible à la ramener tout le temps. Même les Marsupilamis (pourtant moins mis en avant que la famille Vanderstadt) sont vite énervants. Ajoutons à cela, un vrai problème avec les doublages : si certaines voix sont énervantes, celle d’Isidore avec sa voix aiguë et nasillarde est absolument crispante et donne envie de se crever les tympans à la foreuse à percussion.

Pour moi, ce dessin animé est un crève-coeur. Je me souviens de la campagne de promo qui donnait envie. Pour finalement avoir une série assez moyenne qui se laisse regarder en attendant les Tortues Ninja ou Ultimate Spider-Man. C’est au final un bouche-trou parmi d’autres. Dommage.


* La rédaction vous présente ses excuses pour ce jeu de mots pourri et vous promets de ne plus recommencer !

 

 

 

Advertisements

7 réflexions au sujet de « « Nos voisins les Marsupilamis » – Bienvenue en Palombie ! (Houba !)* »

  1. Quelle déception.
    Je suis moi-même plutôt fan des marsupilamis (j’ai plein de peluche à leur effigie dans ma chambre chez mes parents) et reste un gros fan des albums de Spirou qui leur sont consacrés. Mais tout a commencé à partir en couilles quand ils ont sorti les albums Marsupilamis et les dessins animés je pense et malheureusement ton article semble confirmer cette triste décadence… 🙂
    Bon faut pas que ça nous empêche d’aller faire les ventes privées non plus :p

    • Absolument d’accord avec toi concernant la série DB Marsupilami qui est loin de valoir les albums de Spirou où la bestiole jaune apparait. Je n’en parle pas mais il y a eu pendant longtemps des problèmes de droits : le Marsupilami n’était plus édité par Dupuis mais Marsu Productions, ce qui explique pourquoi il a plus ou moins disparu des albums de Spirou et Fantasio. Du moins jusqu’en 2013 quand Dupuis a repris le contrôle de Marsu Productions. Rappelons que Marsu Prod (qui avait les droits sur Gaston) sont responsables de Gastoon, la BD sur le petit cousin de Gaston !

      De même les quelques dessins animés adaptés, je me souviens du 2e et de Houba houba hop ! qui n’étaient vraiment pas terribles. Vraiment dommage !

  2. Les marsu de cette version ont souvent le syndrome du pyjama. C’est récurrent, dans les adaptations du marsu. Ils se tiennent trop droit et leur pelage donne l’impression qu’ils sont en pyjama.

    (Tiens marrant, dans l’épisode « le nez du marsupilami » une antenne satellite se loge dans le nez du Marsu… Cela permet d’actualité le gag de la radio miniature, dans QRN sur Bretzelburg…^^)

    Sinon, tu oublies la version Disney, parmi les adaptations. Il parait que c’est une horreur.

    Les adaptations du Marsu ont toujours les mêmes problèmes : soit les Marsu deviennent des faire-valoir falots, et sont par la même occasion des deux-ex-machina sur pattes, soit ils sont omniprésents au risque de devenir trop parfaits.

    Bon, par contre, tu fais une erreur de béotien ! Les biologistes savent très bien pourquoi les Marsu savent défaire le noeud du bout de sa queue ! C’est expliqué en partie dans le Nid du Marsu 🙂

    • Effectivement je ne me souviens plus de l’explication scientifique sur le noeud : une occasion supplémentaire de me replonger avec mes enfants dans la lecture de cet album 🙂

  3. Ping : « LoliRock  – Magical Girls à la française | «Tu auras les yeux carrés

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s