« Pierre Lapin » – Le racket dans la bonne humeur

Les grands classiques de la littérature jeunesse ont toujours été une grande source d’inspiration pour les dessins animés pour enfants : parmi ces classiques, on peut citer Le Petit Prince d’Antoine St-Exupéry, Babar de Jean de Brunhoff, Winnie l’Ourson d’Alan Alexander Milne ou encore Peter Pan de J.M Barrie. Sans oublier Oui-Oui d’Enid Blyton, à qui on doit aussi le Club des Cinq ! Le dessin animé dont je vais parler ici est tiré de l’oeuvre la plus connue d’une autre grande écrivaine britannique : Pierre Lapin de Beatrix Potter (dont la vie a été adaptée en ballet et au cinéma !).

Pierre Lapin

Beatrix Potter et la série « Pierre Lapin »

Avant de continuer sur le dessin animé, j’aimerais faire un petit point sur les œuvres de Beatrix Potter, éditées en France chez Gallimard Jeunesse, dont la principale est Le Conte de Pierre Lapin (The Tale of Peter Rabbit). Ce livre raconte les aventures d’un jeune lapin, Pierre, qui pour faire simple est un sale gamin désobéissant faisant bêtise sur bêtise. Ce livre est écrit d’abord pour un jeune enfant d’une connaissance de Beatrix Potter, puis publié à compte d’auteur en 1901 après avoir été refusé par pleins d’éditeurs avant d’être publié par Frederick Warne & Co l’année suivante, où il connaitra un énorme succès. Très vite, déjà à cette époque, les produits dérivés apparaissent et l’auteure a eu l’intelligence de déposer un brevet sur la poupée de Pierre Lapin!

La peluche de Pierre Lapin de 1903

La peluche de Pierre Lapin de 1903, qui est le premier et le plus ancien produit dérivé de l’histoire !!

S’en suivront 23 autres « Contes », reprenant les mêmes personnages tels le cousin de Pierre, Jeannot Lapin, les sœurs de Pierre, Monsieur Tod le Renard, Ernest le Blaireau, Noisette l’Ecureuil ou l’oie Sophie Canetan etc… On a estimé qu’en 2008 il s’est vendu à travers le monde plus de 150 millions de livres de cette série qui a été traduite dans plus 35 langues. Petit détail amusant : c’est au Japon que la communauté de fans de Pierre Lapin est la plus nombreuse et la plus active !

L’une des particularités des livres de Beatrix Potter, ce sont les superbes illustrations qu’elle fait elle-même : ayant une formation de naturaliste, elle arrive à dessiner avec force détails des animaux fortement anthropomorphisés de façon convaincante et détaillée. Même si les personnages s’habillent et se comportent comme les humains, ils restent des animaux au poil près.

Pierre Lapin et sa célèbre veste bleue.

Pierre Lapin et sa célèbre veste bleue.

L’autre caractéristique c’est que Beatrix Potter ne prend pas les enfants pour des idiots. Le vocabulaire est plutôt soutenu et précis et les situations, à la manière des contes de fées, ne sont jamais édulcorées voire cruelles : le père de Pierre Lapin a bien été transformé en pâté par Mme McGregor, Noisette l’Ecureuil a eu sa queue arrachée par le Vieux Brun et les œufs de Sophie Canétang ont été mangés par une meute de chien. Les héros ne sont pas des anges non plus. Du coup, son œuvre est aussi très intéressante à lire pour les parents.

A noter qu’en 2012, pour le 110e anniversaire de l’œuvre, l’actrice britannique Emma Thompson a écrit la suite des aventures de Pierre Lapin : La nouvelle aventure de Pierre Lapin et l’Aventure de Noël de Pierre Lapin.

Présentation du dessin animé

Les aventures de Pierre Lapin ont eu de nombreuses adaptations en dessins animés, dont une en 1992. Celle qui nous intéresse date de décembre 2012, où il a été diffusé pour la première fois sur Nickelodeon aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne le jour de Noël sur CBeebies, la chaîne pour les enfants du groupe BBC. C’est donc une co-production américano-britannique, à laquelle participent les éditions Penguin Books, Brown Bag Films (à qui on doit Docteur La Peluche ou Oui-Oui au Pays des Jouets) et Nickelodeon.

Cette série compte pour l’instant une saison (la deuxième est en production). Il a initialement 18 épisodes d’une vingtaine de minutes composés de 2 histoires distinctes chacun et comme pour le Village de Dany ceux-ci ont été découpées en épisodes d’une dizaine de minutes chez nous. Il est actuellement diffusé tous les matins dans Zouzous sur France 5.

C’est un dessin animé entièrement en CGI (images de synthèse faites par ordinateur) avec un très joli rendu et graphiquement très fidèle aux illustrations de Beatrix Potter.

L’adaptation française est réussie, avec un doublage très convaincant, malgré un générique et la même chanson qui revient dans chaque épisode que je trouve insupportables et stressantes.

Histoire

Ce dessin animé raconte les aventures de Pierre Lapin et de ses deux meilleurs amis, Jeannot et Lily dans leurs nombreuses expéditions et rapines dans le potager du fermier voisin. Mais ils croiseront aussi la route de nombreux autres dangers, tels qu’un renard dandy, un blaireau qui n’est vraiment pas du matin ou une chouette colérique.

Le trio infernal

Le trio infernal

Personnages

Pierre Lapin

Le héros, terreur des potagers !

Le héros, terreur des potagers !

Héros de la série, Pierre est une petite racaille à la moralité douteuse qui passe son temps à rançonner le jardin de M. McGregor avec ses potes, sans aucun scrupule. Il vénère son père décédé (on ne dit pas comment dans le dessin animé contrairement aux livres). Ce dernier était, d’après tout le monde, un lapin exceptionnel et doué mais qui avait tout de même cette drôle de manie de planquer des objets ou de creuser des tunnels secrets un peu partout. Ce qui s’avère un deus ex-machina fort pratique pour nos héros quand ils doivent échapper à leurs divers prédateurs ou à un Monsieur McGregor en colère.

Pierre me fait furieusement penser au personnage d’Harry Potter : malin, fidèle en amitié sûr de lui et débrouillard, mais désobéissant, n’en faisant qu’à sa tête et pensant avoir toujours raison. Tout du gamin imbuvable. Mais qui reste attachant malgré tout. En plus d’être incroyablement chanceux, Pierre est un manipulateur né, un stratège et un fin psychologue arrivant à renverser la situation en trompant ses adversaires (le plus souvent ce crétin de renard ou cet idiot de blaireau) ou en les retournant les uns contre les autres. Je n’imagine même pas le monstre qu’il sera une fois adulte !

Les phrases fétiches (qu’il répète au moins une fois par épisode) sont « Un bon lapin n’abandonne jamais » et « Hop hop ! ».

Jeannot Lapin

Le meilleur copain benêt

Le meilleur copain benêt

Jeannot est le cousin de Pierre. Son père est un inventeur qui fait des machines assez extraordinaires pour un lapin : un parapluie vraiment pliable, une sorte de moissonneuse-batteuse pour cueillir des pommes, une sorte d’hélicoptère à manivelle, un aspirateur à noisettes etc… Bien entendu ces inventions, comme les gadgets de James Bond, ne finissent jamais en entier à la fin de l’épisode.

Si Pierre était Harry Potter, Jeannot serait Ron Weasley (un peu comme le Frisé dans Jake et les Pirates du Pays Imaginaire). C’est le faire-valoir de Pierre : il est trouillard, empoté, goinfre et quelque peu idiot. Il est aussi très très mauvais à cache-cache (ce qui est très problématique quand on a un renard ou un fermier furieux aux trousses). Mais il compense ses défauts par des éclairs de courage quand il doit aider ses amis et par sa capacité à creuser des tunnels. Il a surtout un truc qui le rend reconnaissable parmi tous les lapins, c’est son super bonnet vert de rasta, une sorte de sac sans fond dans lequel il planque aussi bien de la nourriture, qu’une carte de la forêt, un trèfle à quatre feuilles ou un bouquin. Et bien entendu, il ne l’enlève jamais.

Quand je disais qu'il est vraiment mauvais à cache-cache !

Quand je disais qu’il est vraiment mauvais à cache-cache !

Son mantra pour se donner du courage est « Les lapins sont courageux, les lapins sont courageux ».

Lily Courtequeue

La fille de la bande, donc la plus maligne

La fille de la bande, donc la plus maligne, évidemment en rose !

Lily est un personnage créé pour le dessin animé. Fille de médecin, elle vient d’emménager dans la clairière où habitent les familles de Pierre et de Jeannot. C’est l’intello du groupe qui parle comme une adulte. Elle semble un peu plus sensée et plus cartésienne que les deux autres mais en général saute à pied joint dans leurs aventures (surtout quand il s’agit de piller le potager). C’est l’archétype d’Hermione Granger, en moins irritante. Elle est plus débrouillarde et plus mise en avant que la plupart des personnages féminins d’autres dessins animés.

C'est la tête pensante du groupe qui fait les plans d'action.

C’est la tête pensante du groupe qui fait les plans d’action.

Elle a toujours tout un tas de trucs dans sa poche (également sans fond, comme c’est pratique) comme un bout de ficelle, un miroir ou une loupe. « Dans la poche au cas où, juste au cas où » est d’ailleurs l’une de ses deux phrases préférées. Elle a aussi une coccinelle apprivoisée, Florence, qu’elle garde dans une boîte d’allumettes.

Son autre phrase préférée, qui suit en général une explication ou une démonstration, est « Et ça, c’est incontestable ! ».

La mère de Pierre Lapin

Sa mère est une lapine au foyer où elle s’occupe des ses lapereaux, Pierre mais aussi les jumelles Trotsot et Flopsot et de la petite dernière Queue-de-Coton. Une maman fort indulgente qui couve d’un regard attendri les bêtises de son fils.

"Non mais, tu sais que voler c'est pas bien, Pierre ! Mais bon, si tu pouvais ramener la prochaine fois des fraises pour mon gâteau ou un iPhone 5S ou un écran plat, ça serait super, mon chéri !"

« Non mais, tu sais que voler c’est pas bien, Pierre ! Mais bon, si tu pouvais ramener la prochaine fois des fraises pour mon gâteau ou un iPhone 5S ou un écran plat, ça serait super, mon chéri ! »

Trotsot et Flopsot, les sœurs cadettes de Pierre

Trotsot et Flopsot, les lapines modèles

Trotsot et Flopsot, les lapines modèles.

Petites filles modèles un peu pimbêches, elles essaient d’aider leurs mère à tenir la maison.

Queue-de-Coton, la petite sœur de Pierre

La petite canaille et sûrement la pire des tous !

La petite canaille et sûrement la pire des tous !

Sous ses airs innocents de petit lapereau vraiment trop choupi, la plus jeune sœur de Pierre est une graine de racaille qui aime traîner avec son frère (qui ne demande que ça). C’est sûrement la plus balèze de tous, avec une chance incroyable.

Pour moi, c’est la vraie star de la série !

Noisette l’écureuil

Une publicité contre la drogue à lui tout seul.

Une publicité contre la drogue à lui tout seul.

Noisette l’écureuil redéfinit complètement le terme « hyperactivité » : toujours à bouger partout et à sautiller en poussant des petits cris, toujours prêt à se lancer dans les défis les plus dangereux et les plus stupides, le téléspectateur se demandera très vite à quelles substances illicites Noisette peut bien carburer.

"A combien de cafés je suis aujourd'hui ? Aujourd'hui depuis minuit ou aujourd'hui depuis ce matin ?"

« Hihihihi ! Combien de rails de coke tasses de café j’ai pris aujourd’hui ? Aujourd’hui depuis minuit ou aujourd’hui depuis ce matin ? »

Il est le chef de toute une bande d’écureuils tous aussi défoncés au speed et à la coke que lui, mais c’est le seul doué de paroles et à porter des habits. Il a la particularité de ne pas avoir de queue (dans les livres, il la perd pour pouvoir échapper au Vieux Brun).

C’est un ami de la bande de Pierre et l’un des personnages secondaires qu’on voit le plus souvent.

Monsieur Tod, le Renard

Le renard qui met la honte à son espèce.

Le renard qui met la honte à son espèce.

Sous ses airs de gentleman-farmer très britannique, Monsieur Tod a fière allure avec sa canne et sa veste de velours rouge. Sa tanière est décorée avec goût et il parle de façon polie et distinguée. Il se targue en outre d’être le plus grand prédateur de la forêt.

Darwin se retournerait dans sa tombe s'il voyait ce renard !

Darwin se retournerait dans sa tombe s’il voyait ce renard !

Mais il faut toujours se méfier des apparences, ce renard est un tocard. Au point où je m’interroge sur la théorie de l’évolution : un renard aussi incapable n’aurait jamais dû survivre aussi longtemps. Pour son plus grand malheur, son régime alimentaire semble se limiter aux lapins qu’il n’arrive évidemment pas à attraper, quand bien même ils se seraient retrouvés chez lui et directement dans sa marmite (véridique).

¡Ay, caramba! Encore raté !

¡Ay, caramba! Encore raté !

Monsieur McGregor le fermier

Avec toutes les razzias dans son potager, je me demande

Monsieur McGregor et son chat

Principale victime du trio de lapin, M. McGregor est un fermier avec la main verte mais bourru mais dont on aperçoit à l’écran que le bas du corps, souvent en train de courir pourchassant nos héros et leur balançant divers projectiles plus ou moins efficaces.Les légumes de son jardin sont magnifiques et attirent inévitablement ces nuisibles de lapins qui arrivent à s’échapper à chaque fois par le même tunnel au fond du potager.

Heureusement pour nos héros, le fermier est con comme ses bottes et ne vaut pas mieux que le renard. A sa place, j’aurais bouché les tunnels ou semé de la mort aux rats à l’intérieur ou bien organisé une battue avec mes voisins poivrots chasseurs pour les traquer jusqu’au dernier. Ce qu’il n’a jamais fait, étant soit masochiste, soit beaucoup moins rancunier et vindicatif que moi.

Je te bétonnerais tout ça !

A la place du vieux McGregor, j’aurais tout bétonné et installé une piscine à la place, il aurait fait moins le malin, le Pierre Lapin !

A noter que le vieux McGregor ne s’étonne guère de voir un renard avec une canne ou des lapins avec une veste en tweed ou un bonnet en laine sur la tête.

Il a un chat à l’image de son maître, complètement à la ramasse.

Ernest le Blaireau

"Le Blaireau" n'est pas juste le surnom qu'on lui donne, hein !

« Le Blaireau » n’est pas juste le surnom qu’on lui donne, hein !

Ernest est un genre de clochard un peu fou et dangereux qui hurle sur les passants sans la moindre raison. Il adore les vers et les limaces mais surtout dormir en paix. Il entre dans une colère noire dès qu’on le réveille. Mais comme le clochard sus-nommé, il a tendance à vouloir roupiller un peu partout, généralement au milieu du chemin, où il se fera invariablement piétiner par nos lapins.

Le Vieux Brun, la Chouette

Le Vieux Brun est une chouette et non un hibou parce qu'il n'a pas les aigrettes sur la tête !

Le Vieux Brun est une chouette et non un hibou parce qu’il n’a pas les aigrettes sur la tête !

Autre antagoniste de nos héros, le Vieux Brun est une vieille chouette très soupe-au-lait qui habite sur l’île des noisetiers, qu’il garde jalousement et où il ne supporte pas les intrus. Il est souvent en conflit avec Noisette et sa bande d’excités. Surtout quand ils viennent lui piquer des noisettes, une plume ou son pince-nez.

Samuel le Moustachu, le Rat

Une belle face de rat !

Une belle face de rat !

Kleptomane et fourbe notoire, il vole les objets pour mieux les rendre ensuite dans l’espoir d’avoir une récompense, si possible en nature lorsqu’il s’agit de gâteaux ou autres sucreries.

Jérémy Pêche-à-la-ligne, la Grenouille

Artiste-compositeur-interprète, Jérémy Pêche-à-la-ligne est une grenouille qui adore jouer de son banjo (rien de scabreux dans cette phrase, rassurez-vous). C’est un ami de feu le père de Pierre.

Madame Canetan et ses poussins

Une maman cane un peu tête en l’air qui a tout un tas de canetons qui la suivent. Une amie des lapins.

Madame Piquedru le hérisson

Elle tient la blanchisserie et est couturière. Normal, avec toutes les aiguilles qu’elle a !

Gingembre et Girofle, le chat et le chien épiciers

Le chat Gingembre (qui est végétarien) et le chien Girofle tiennent une petite épicerie. Je les soupçonne d’être un couple gay (même si ce n’est évidemment pas officiel) : le chat, très maniéré, est un peu habillé comme Michel Serrault dans la Cage aux Folles et a une façon suave de s’exprimer (en français) qui laisse peu de doute sur la question. Mais leurs rôles sont assez anecdotiques dans cette série.

Avis

L’une des choses les plus frappantes avec ce dessin animé, c’est qu’il est très joli. Les décors, que ce soit la forêt ou le jardin de Monsieur McGregor, sont lumineux, accueillants et chaleureux. Les personnages ressemblent à de vrais animaux et sont la plupart du temps bien animés. Les poils ou les tissus sont joliment rendus. Mais surtout les jeunes lapins sont vraiment très mignons ! On dirait des peluches. C’est graphiquement une grande réussite !

La façon dont nos héros courent est assez crédible.

La façon dont nos héros courent est assez crédible.

Concernant les personnages, la comparaison avec le trio d’Harry Potter est à mon sens assez pertinente : les personnages principaux de ce dessin animé et ceux d’Harry Potter ont plus ou moins le même caractère, ou du moins ce sont les mêmes archétypes. Si les héros sont plutôt sympathiques et attachants, c’est aussi parce qu’ils ne sont pas lisses. Ils sont voleurs, désobéissants, sûrs d’eux et têtes brûlées. Nos héros sont des sales gamins espiègles, mais très fidèles en amitié, courageux et généreux : leurs larcins servent à nourrir la famille de Pierre et la communauté des lapins. Ils arrivent à se sortir du danger grâce à leur courage et leur astuce, plus que par la confrontation physique. Je pense que pas mal d’enfants peuvent s’identifier à ces trois lapins. Les méchants sont en revanche un peu trop ridicules et idiots pour être intéressants. Devenus des bouffons et des éléments comiques, ils ne représentent jamais une vraie menace pour nos héros.

Les histoires assez courtes (11 minutes, générique compris) se laissent regarder même si elles ont tendance à se répéter (à moins que ce ne soit les multi-rediffusions + les replays). Plaisantes mais rien d’exceptionnel. Il y a juste la même chanson qui revient inlassablement à chaque poursuite qui gave un peu, d’autant qu’elle est à l’image du générique : stressante. D’autant plus que le chanteur crie plus qu’il ne chante réellement.

Parmi les autres reproches, il faut avouer que ce dessin animé est assez éloigné des livres de Beatrix Potter : on a gardé les personnages et le décor mais on a viré quasiment tout le reste. Chez Beatrix Potter, il y a un vrai risque dans le potager de M. McGregor, Ernest le Blaireau ou le Vieux Brun sont réellement dangereux et nettement plus retors que leur équivalent animé. Les gentils ne s’en sortent pas toujours bien ou entier et on rappelle constamment leur condition d’herbivores en bas de la chaîne alimentaire. C’est un peu dommage que cet aspect ait disparu avec cette série.

C’est un dessin animé que j’ai appris à apprécier malgré les chansons horripilantes et ses méchants de pacotille. En tout cas mes enfants adorent surtout Fiston (parce que ma fille préfère quand même danser sur la chanson d’Umizoomi ou faire « pimpon-pimpon » avec Sam le Pompier). Je crois qu’il aime les aventures de Pierre auquel il s’identifie mais surtout la relation qu’il a avec ses deux amis. C’est un dessin animé très correct, bien réalisé et avec des héros plutôt intéressants, devant lequel on peut laisser ses enfants sans trop de souci. Cependant, je conseille plutôt la lecture des livres dont il est adapté, qui sont bien plus intéressants et si joliment illustrés !

Advertisements

15 réflexions au sujet de « « Pierre Lapin » – Le racket dans la bonne humeur »

    • Les bouquins sont plutôt bien écrits dans un style un peu rétro qui rappellent un peu les Malheurs de Sophie, en moins chiant (je n’aime pas la Comtesse de Ségur). C’est souvent cruel, les héros payant souvent très cher leur audace ou leur imprudence. En plus comme je le disais, les illustrations sont très chouettes !

    • Une bonne occasion d’essayer (ça se trouve facilement en bibliothèque) ! C’est vachement plus rigolo qu’un Oui-Oui (même si j’admire beaucoup les oeuvres d’Enid Blyton) et moins chiant que les Malheurs de Sophie 🙂

  1. C’est peut-être Jeannot Lapin, le plus connu de nom en France ? (Because Chantal Goya)

    (Pour la poupée, « premier produit dérivé » me semble un peu exagéré , même si je comprends l’idée)(Il y avait déjà des produits dérivés du Yellow Kid mais c’est vrai que ce n’est pas comparable).

    • Je ne sais pas si c’est le même Jeannot (en anglais, c’est Benjamin Rabbit).

      Concernant les produits dérivés, il y a eu très vite de la vaisselle et des couverts à l’image de Pierre Lapin, et la poupée date de 1903 ou 1904. L’intelligence de Beatrix Potter a été de breveter sa peluche, elle qui s’est faite flouer les droits d’auteur aux Etats-Unis : en effet des copies pirates (eh oui déjà !) circulaient avant l’édition officielle, du coup il me semble que les livres de Pierre Lapin sont déjà dans le domaine public là-bas.

      • Ah, j’avais compris « le plus ancien produit dérivé de l’histoire !! » comme « le plus ancien produit dérivé de l’Histoire !! ». Ok ok.

        J’ai bien dit « de nom ». C’est surement lui sans être lui tout en étant lui. Tu sais dans le spectacle, on retrouvait Bécassine, Snoopy, Pandi Panda…
        Et c’était vraiment une question. Car je connais mieux le nom de « Jeannot Lapin » que celui de « Pierre Lapin » mais tout ça est complètement décontextualisé.

  2. Ping : Comment avoir les yeux carrés ? Ou petit tour d’horizon des émissions pour la jeunesse à la télé. | Tu auras les yeux carrés

  3. Ping : "Umizoomi" – Les mathématiques c’est hystérique ! | Tu auras les yeux carrés

  4. Ping : "Nos voisins les Marsupilamis" – Bienvenue en Palombie ! (Houba !)* | Tu auras les yeux carrés

  5. Bonjour, j’aime beaucoup vos analyse des DA de nos enfants 🙂 !

    Je trouve le générique plus que stressant : il est ridicule ! Qu’est ce que c’est que ce braillard avec ses vibes R n B? Après, c’est vrai que les personnages sont mignons mais pour moi tellement éloignés des belles illustrations originales…Bon, mon fils est fan, mais il adore aussi les histoires de Beatrix Potter, il ne fait pas trop la différence.

    • Tout d’abord : merci ! C’est très gentil et ça me donne du baume au coeur ! 🙂

      Plus que le générique, c’est la chanson qui démarre n’importe quand et n’importe comment à la moindre scène « d’action » qui est insupportable. Le « COURS (mais putain) lapin (tu vas courir oui ou merde !) COURS !! » est particulièrement effrayant ! A la place des lapins, j’optempérerais sans perdre une seconde 🙂

      E c’est vrai qu’il est difficile d’expliquer aux enfants les subtilités d’une adaptation à la télé quand les livres sont aussi indispensables ! 🙂

  6. Ping : « LoliRock  – Magical Girls à la française | «Tu auras les yeux carrés

  7. Ping : « Shaun le Mouton – Les Lamas du Fermier  – Quand lamas méchants, eux toujours faire comme ça. | «Tu auras les yeux carrés

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s